BALI 7 : à éviter

Publié le 25 Août 2015

Juste avant de vous laisser, demain, un petit tour de la vie à Kuta, celle que je n'aime pas.

 

Kuta est un lieu qui peut être assourdissant, énervant avec tant de situations qui font que vous pourriez avec raison vouloir l'éviter ... mais cela serait dommage.

 

Tout d'abored le bruit dans les rues dû en grande partie à la circulation. C'est le problème principal avec le développement du crédit qui a permis le développement des ventes de scooter. D'un côté tant mieux pour les indonésiens. Ce qui est énervant, c'est de croiser dans de petites rues de si grosses voitures. Dans la Benesari, la rue est à sens unique mais il arrive tout de même que deux grosses voitures se croisent ! Ces voitures et scooters engendrent de la polution. Après la douche et deux heures de balade, il vaut mieux se passer un cotondémaquillant sur le visage. Heure de pointe à éviter 17h30/18h30 sur la Pantai Kuta.

 

Enervant aussi car cela n'est pas dans notre mentalité de devoir négocier les prix, toujours dans les boutiques, la pharmacie et même avec la police. Ce qui pourrait paraître une coutume avec ses bienfaits (tisser des liens) s'assimile plus à de l'arnaque. Lorsque je demandais le prix d'un taxi pour aller visiter Amed, le prix annoncé commençait à 800 000 vite baissé à 700 000 lorsque je partis. Le prix du marché était en fait de 500 000. Pour échapper à cela, choisir les boutiques qui affichent un prix fixes.

Anecdote. Je cherchais un taxi pour nous amener à l'aéroport. Je connaissais le prix 80 000 car certains vendeurs affichés 85 000 (mais cela devait ^trep ar personne) mais surtout j'avais trouvé une personne pou nous amener à ce prix mais avec l'inconvénient que c'était à nous d'aller le voir, donc de marcher.

Je vais sur la Pantai Kuta où trois taxis sont l'un derrière l'autre. Je m'avance vers le chauffeur de l'un deux en leur disant que je voudrais à l'aéroport mais pas pour aujourd'hui. Je rajoute, je connais le prix alors si tu me dis 100 000, je m'en vais ; si tu me dis 90 000 je m'en vais. Le gars me dit alors "quel est ton prix ?". Je lui réponds "80 000" et tout de suite après il me sort "100 000". Je le quitte sans entendre son prix qui baissait.

 

Pour les taxis, préférez la compagnie Blue Bird qui affiche le taxi meter et qui a un centre de réservation. Il faut renouveler l'appel souvent car souvent le standart est occupé. Conseil, il vaut mieux entrer dans le taxi et partir même et surtout si ce dernier arrive car le compteur tourne. Ne pas oublier qu'il vous fera payer le péage (5 000).

 

Pour les estomacs sensibles, cela va être difficiles car de nombreux plats, de nombreux restaurants et warungs font des sauces pimentées ce qui rend les plats immangeables pour ceux qui ne sont pas habitués. Unjour je demande 'tidk spicy' ou 'tikak sembal' mais cela ne suffit pas car dans l'élaboration des plats s'il ne rajoute pas du piment, ils mettent de la pâte pimentée dans la sauce. C'est comme en Inde où un jour, on me propose des épinards en me demandant 'spicy or not spicy'. Je vais me la jouer humble et refuser le piment. Et bien, même en prenant ce plat pas épicé selon eux ma bouche était en feu.

 

Ce que je n'appricécie pas, ce sont les regards des filles dans les salons. On remarque tout de suite, les filles qui viennent de Java ou d'ailleurs et qui ont un regard vicieux. Là, c'est du vrai. Je perçois le vice. Jamais je ne suis rentré ou rentrerait dans ce type de salons.

 

Pour presque finir, les trottoirs (suite presque logique au paragraphe précédent). Soit il n'y en a pas, soit ils sont défoncés ou pas à la même hauteur. Avec une poussette, c'est énervant lorsque vous vous retrouvez bloquer. Le pompon, c'tait il y a quatre sur la Pantai Kuta; Il y avait un plaque (style 80 cm sur 1.5 m) qui était absente, ce qui était dangereux la nuit ! Ils avaient simplement mis des longs bambous pour le signaler.

 

Enfin (mais je pourrais en rajouter), le problème des chambres. Au Komala, ils utilisent des ampourles 20 watts. Le soir vous ne voyez presque rien et impossible de lire. La parade : acheter des ampoules 18 watts qui éclairent au moins 80 watts. Achetez ces ampoules dans le pays car si vous apportez celles de France, vous risquez de faire disjoncter !

Le reproche du Komala, c'est qu'il ne veulent pas faire de travaux ou alors le faire qu'en ultime recours. Les chambres sont propres mais le service ensuite laisse à désirer. A peine qu'ils nettoyaient la terasse. Il fallait quémander un balai. Notre ancien bungalow d'il y a deux est en cours de rénovation. Ils ont attendu deux ans pour refaire le plafond et la salle de bain. Ils réparent aussi le placard. Les meubles en fait doivent dater d'une vingtaine d'années et ils ne songent même  pas à les remplacer pour égayer un peu les chambres.

 

J'ai connu un français qui en lisant sur un guide, bien connu des français, que Kuta était un lieu de perdition, n'a pas voulu rester. Cela est dommage car malgré tout cela, on peut trouver des endroits et du calme avec des relations qui sont vraies dans un partage, même si le langage peut limiter cela.

Rédigé par Kitano

Publié dans #Voyages

Repost 0
Commenter cet article

TEACHE A 28/08/2015 08:37

C'est un additif utile au guide du croutard !

Kitano 28/08/2015 13:32

Certains l'appelle le guide du conn**d !