BALI 4 : no cleaning room

  • Kitano
  • Voyages
 BALI 4 : No cleaning room

Un week-end calme. Trop calme ? Certainement pas. Pas de sortie samedi. Le repas aux crevettes est passé de justesse, bouffées de chaleur, fatigue. J’ai déclaré forfait pour une nuit de repos. Et pourtant, après la soirée calamiteuse de la veille au 66, le samedi aura brillé dans cette même boîte. Mais, les informations étaient entachées de parti pris et d’un environnement des plus enclins à profiter de la soirée, très longtemps. Il y en a même qui ont participé à l’after jusqu’à 15h.


Un samedi soir et un dimanche calmes pour un temps qui a clairement annoncé la couleur de la pluie. Il faudra que je profite des rayons du soleil car dimanche ce ne fut pas le cas. Une pluie d’une heure pour se rappeler que la saison des pluies a commencé. Consolation, si le taux d’humidité grimpe, les températures sont clémentes et on peut toujours et encore se balader en t-shirt, débardeur, gilet sans manches etc.


Petit retour en arrière. A ce que je me souvienne du vendredi, mis à part une belle indonésienne style poupée asiatique (dont le copain est gringo), cela aura été des larmes et des tensions dans les couples encore et encore.

J’ai revu Julie (voir Attitude) sur une moto, avec son ex-copain et le sourire, pour d’autres ce ne fut pas pareil.


Je discutais tranquille dans le bar extérieur du DEJA VU avec Daniel (un copain qui a vécu pas mal d’expériences et qui ici réalise des chaises africaines style surf) lorsqu’une indonésienne me fait des sourires. En France, cela peut prêter à confusion, ici non. Je lui rends le sourire en lui montrant que je suis en conversation mais cela ne lui suffit pas et elle vient m’aborder. Prêt à dire : « non, Madame », celle-ci me demande si je ne la reconnais pas et voilà que ma mémoire s’éclaire : c’est la copine de Stefane un français avec lequel on a fini une soirée chez un copain indonésien. Lors de ce matin, il y avait deux sons discordants : la fille disait qu’elle le connaissait depuis 7 ans, qu’elle avait présenté à sa famille, qu’elle voulait se marier et un enfant. Le français démentait tout cela. Après 10 ans de bars et de boîtes, la fille voulait peut-être se ranger. Mais, en ce vendredi soir, elle me demande de ne rien dire. Je mime les gestes des 3 singes et lui souhaite une bonne fin de soirée. Elle le sera sûrement car je l’ai revu avec un gringo… Chassez le naturel !


C’est lorsqu’il a vu sa copine au DEJA VU que ce français (un de plus) a fait la tête. Il était en chasse avec d’autres et s’apprêtait à conclure lorsque sa copine est apparu. Cela a fini par les larmes pour elle et pour lui, je ne sais pas. Curieux, ces couples qui se font du mal et dont aucun ne veut prendre une décision.


Mais, CHANEL était là, fidèle à lui-même, en veste (mais sans rien dessous), avec ses lunettes CHANEL et une superbe femme indonésienne à ses côtés.

Le pote chilien dont les phrases signifiaient moins que ces gestes est donc parti, laissant la place ou pas à d’autres dont le signe de ralliement est la bouteille de bière, langage international de ralliement.


Semaine de travail (un devoir en gestion et un autre à préparer en économie) et de visites de magasins qui s’annoncent avec ou sans soleil.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
M
ohhhh? pascal t enceinte...!<br /> ben mince c qui la maman?.......<br /> bizard , j vien de me relir et il y a un truc que j'imprime pas......<br />
Répondre
K
Tes cachets, n'oublie pas les cachets a cote de la table de chevet ...
J
des bouffées de chaleur!!!lol !!mdr!!<br /> je savais pas que pour les hommes.......<br /> eeuuuuhhhh.....economie;gestion; boss un pe!!!!
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog