Kate Moss dans Elle : la tête dans le sac

  • Kitano
  • Kate
Le top model britannique adore les sacs à main à doublure en faux zèbre.
Vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant.


Dans le numéro 3342 de Elle — qui n’est plus en kiosque, mais peu importe puisque LE dossier qui comptait cette semaine-là, à savoir « Les nouvelles tendances de l’épilation maillot », est accessible sur le site du magazine en cliquant ici.
Dans le numéro 3342 de Elle, disais-je donc, on trouve une interview exclusive de Kate Moss.

Kate Moss, c’est ce mannequin britannique qui réussit à faire parler d’elle depuis plus de quinze ans… sans jamais rien dire. La jeune femme est connue pour ses frasques (abus de cocaïne, nuits d’ivresse, histoires sentimentales tumultueuses avec des rockers drogués) et son goût très sûr en matière de mode. Le port de bottes en caoutchouc avec un mini-short en jean, c’est elle. La vogue des après-ski Ugg même quand il fait 25°, c’est encore elle. Sans parler du gilet sans manches en véritable peau de lapin — le must de l’hiver. Une véritable icône du bon goût, cette Moss.

Résultat : son image hante, semaine après semaine, les rubriques « look » des magazines féminins, les papiers trash des journaux people et les pages de pub de toute la presse. Les lectrices devraient frôler l’overdose. Mais Kate Moss compense cette saturation d’image en coupant le son.  Elle ne donne quasiment jamais d’interview. Vous me direz, ça vaut mieux. Parce que lorsqu’elle s’exprime, la Moss a tendance à dire des conneries inversement proportionnelles à son gabarit (or, on la surnomme « la brindille », vous me suivez ?). Ainsi,  en novembre dernier confiait-elle au Women’s wear daily : « Rien n’est aussi bon que la maigreur ».

Mais, comme le dit l’appel de une très prometteur du numéro 3342 de Elle (notez qu'on en revient toujours aux fondamentaux malgré l'aspect décousu de cet article), Kate Moss considère que : « ce qu’on dit de moi est faux ». Holà. Ça sent la mise au point. L’article de journal où on va apprendre des trucs. Des démentis du genre : « Non, c’est pas moi les Ugg, c’est Pamela Anderson ». Mais rien de tout cela. Sur les trois pages que consacre le magazine à la jeune femme, pas une info. Sinon le fait que Kate Moss a dessiné une ligne de sacs à main pour la marque Longchamp. Impossible de les rater, ces « it-bags »(1) : ils sont sur toutes les photos.
On comprend ce qui s’est passé : pour honorer ses engagements à l’égard de la maison Longchamp et assurer la promo de ses sacs à main, Kate Moss est obligée de donner quelques interviews exclusives. Mais à condition que les sujets abordés ne concernent que son travail pour Longchamp — c’est-à-dire ses fichus sacs. Or, Kate Moss qui nous parle de sacs à main c’est — comment dire ? — à peu près aussi intéressant qu’Angelina Jolie qui nous parle de ses rôles : on s’en fout.

Kate vide son sac… et c'est du vide
Du coup, Elle tente de nous appâter en titrant : « Kate Moss vide son sac ». Comme ça, on s’imagine que Kate va nous raconter des trucs perso. Alors qu’en fait, si elle vide son sac, c’est juste pour nous montrer sa doublure intérieure (celle du sac, s’entend) en faux zèbre. Ce qui n’empêche pas la journaliste d’en rajouter : « Kate Moss nous a reçus pour parler de la mode, de la célébrité et de la manière dont elle envisage sa vie ». Et comment envisage-t-elle sa vie ? Euh… pleine de sacs. Petits, grands, avec des poches, ou pas.

« Pour moi, le sac idéal est beau et pratique », explique le top model. Voilà une interview qui commence trop fort ! Il suffit en effet de remplacer le mot « sac » par « homme » pour comprendre comment Kate Moss envisage sa vie sentimentale. Si ça c’est pas du scoop !
Cependant la jeune femme va plus loin dans la confidence : « Dans un sac, il y a toujours des choses que vous avez besoin de mettre à part. Par exemple, si vous êtes une jeune maman, vous pouvez mettre des couches ou je ne sais quoi devant, et ça n’est pas en contact avec le reste des affaires… », explique-t-elle lorsqu’on l’interroge sur un point crucial de sa life : pourquoi ses sacs ont-ils « une double poche frontale » ?

Mais le meilleur, c’est le commentaire de la journaliste qui en déduit la chose suivante : Kate Moss « a besoin qu’il y ait toujours un espace protégé pour les choses les plus fragiles ».  C’est « une manière de bâtir sa vie pour que tout se tienne et fonctionne en dépit des excès ou des dérapages ». Waouh ! Mieux que le marc de café : lire dans le sac à main.

Je vous passe le reste de l’interview et les considérations sur le côté « rock et l’animalité » de Kate — toutes choses que la journaliste déduit du fameux imprimé zébré de la doublure des sacs (sans rire) — pour en arriver à la conclusion. C’est Kate qui parle : « C’est agréable d’avoir une opinion et de pouvoir l’exprimer. On ne vous demande jamais votre avis quand vous êtes mannequin ». Cela se passe de commentaire.


(1) le nom savant pour sac à main à la mode.

http://www.marianne2.fr/Kate-Moss-dans-Elle-la-tete-dans-le-sac_a184384.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
<br /> POUR UN TETE A TETE ?<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> pour moi elle met ça tête ou elle veut . . .<br /> <br /> <br />
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog