José Bové entame un «jeûne de solidarité» avec les producteurs de lait

  • Kitano

«Mon objectif est d'interpeller la commission et les ministres européens de l'agriculture», explique l'élu vert au Parlement Européen.

Robert Pratta / Reuters

Robert Pratta / Reuters (REUTERS)

«Je ne bois plus que de l'eau". Joint par téléphone par Liberation.fr, José Bové confirme avoir cessé de s'alimenter par solidarité avec les producteurs de lait confrontés à la chute des cours.

«A partir d'un certain point, il faut savoir s'engager aux côtés des gens et montrer sa solidarité, même à travers des actes symboliques».

Le désormais vice-président de la commission de l'agriculture au Parlement de Strasbourg entend ainsi soutenir la filière laitière, menacée de faillite et de disparition.

«Mon objectif est d'interpeller la commission et les ministres européens de l'agriculture par rapport à leur non-décision. Les producteurs sont frustrés parce qu'on ne leur a pas répondu sur la baisse de production ni sur le maintien des prix», a-t-il ajouté.

L'UE indécise

La semaine dernière, les producteurs européens avaient appelé à la grève pour dénoncer la chute du prix du lait et la dérégulation du marché imposée par Bruxelles. Cette réaction faisait suite à l'échec des discussions entre les ministres européens de l'Agriculture, incapables de s'accorder sur les moyens de stabiliser les prix. Seize pays, dont la France et l'Allemagne, étaient d'accord pour intervenir, les autres soutenaient la libéralisation totale de la filière.

José Bové prendra la parole jeudi dans l'hémicycle européen pour défendre une «diminution des volumes de production afin de remettre en adéquation l'offre et la demande». Début septembre, la proposition des Verts de prélever une partie des subventions à l'exportation pour aider les éleveurs avait été rejetée, suite à une «alliance invraisemblable entre la droite et le PSE».

Les actions de protestation se sont multipliées ces derniers jours. Dimanche en Belgique, 150000 litres ont ainsi été déversés sur des champs en marge d'une foire agricole tandis que de nombreuses distributions gratuites étaient organisées en France.

Ségolène Royal a également apporté lundi son soutien aux grévistes, demandant au ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, de mettre en oeuvre «des actions immédiates» afin d'établir un «prix rémunérateur pour les éleveurs».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog