Critique : MISSION IMPOSSIBLE FALL OUT

  • Kitano
  • Cinéma

Pour être honnête, ce film a été vu à Bali, au cinéma Cineplex, à Kuta, le 26 juillet, à 21h30, en version originale, sous-titrée en indonésien.

Sixième opus de la franchise, de la saga orchestrée par son acteur-produteur qu'est Tom Cruise. Ce qui marque, c'est que malgré la durée du film, presque 2 h30, on ne s'ennuie pas avec ces capitales et pays où va se dérouler les actions vitaminées en voitures, moto, hélicoptères.

La ville de Paris fait office d'écrin aux cascades et aux poursuites de la première partie du film. Ethan Hunt, à Berlin, refusant de sacrifier un de ses membres, voit un valise de plutonium disparaître avec le risque d'une contamination ou attaque nucléaire. A partir de ce sentiment de culpabilité, notre héros (car cela en est un) va se balader à Paris, Londres et le Cashmere, pour se racheter, pour ne pas faire de dommages collatéraux (la femme policière français), démasquer le traître, tuer des méchants et éviter une explosion nucléaire.

 

Deuxième constatation, le scénario structuré qui ne fait pas penser à une suite d'actions issues d'un jeu vidéo (comme Skycrapper) même si l'on peut retoquer certaines facilités pour l'histoire (être là toujours au bon moment, au bon endroit ; Walker qui rentre dans le Grand Palais en Vip sans le bracelet sésame, les armes de Ilsa Faust toujours au Grand Palais, le saut dans l'égoût d'Ethan au bon endroit, ...).

Le ou plutôt les morceaux de bravoure se déroulent à Paris mise en valeur (le Grand palais, les colonnes de Buren, les petites rues, l'Arc de Triomphe pris à contresens, et bien d'autres) et se poursuivront à l'autre bout du monde face à un méchant s'inspirant en partie de Thanos (Avengers Infinity war) : "une grande souffrance apporte une grande paix".

 

On retrouvera d'anciens personnages (dont Ilsa, celle qui va encore sauver la vie à Ethan notamment face à un asiatique spécialiste des arts martiaux - ne pas oublier que le film est aussi produit par ALIBABA entreprise chinoise comme Amazon), la fameuse scène (mais qui deviendrait presque anecdotique dans ce film) du masque, les courses, les tirs (les méchants n'arrivent pas bien à viser notre personnage, même avec une mitraillette !), les villes et pour finir les paysages.

 

L'épisode précédent lorgnait vers James Bond, avec un personnage vieillissant, celui-ci montre non pas les muscles (Tom Cruise a tout de même 56 ans) mais la détermination, le courage et surtout les valeurs d'Ethan Hunt.

Dans ce que j'ai pu traduire, la chef de la CIA dit "on a besoin de personnes comme Ethan Hunt, IMF doit exister". Cela sous-tend une nouvelle aventure mais surtout un côté christique : Tom Cruise messie de l'humanité. Lorsque l'on sait qu'il est le numéro deux de l'église de la scientologie, cela éclaire plus ce commentaire.

 

Mais, si l'on fait abstraction de cela, en ne voyant qu'un bon film d'action, un des meilleurs de la série et l'un des meilleurs de cette année, il est à parier que comme à Bali, le succès sera au rendez-vous (je n'ai pu voir le film le premier jour car les trois salles affichées complet).

 

 

l'équipe du film

l'équipe du film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog