Redacted Bali 5 : Un autre monde

Publié le 19 Juillet 2015

Retour sur Bali, 150 km. De longues heures de moto entrecoupées d'haltes dont une chez un fabricant de poignards (à 12 km de Bondowoso - son atelier étant a côté de sa maison).

Aujourd'hui, j'ai testé les beignets de bananes, des boules avec des sésames fourrées, des galettes (œuf/piment/légumes)> Arrivée a l'entrée du ferry, contrôle des papiers. Cela se passe bien, j'ai même droit à un conseil, celui de rouler doucement. Ce qui peut se passer avec les policiers, c'est qu'ils cherchent une faute pour nous obliger à payer une amende qui se transforme en bakchich.

Sur le ferry, un car de touristes. Ils ont presque tous leur appareil photo. Je sors le mien et surtout la Marmotte, je vois des sourires.

En arrivant au premier hôtel en sortant du ferry une douche s'imposait. Ces km avaient noirci mon visage. Hier soir, j'ai dormi en deux temps : de 21h à 2h et de 2h30 à 6h. Un sommeil de plomb dans lequel j'ai fait de drôles de rêves.
Le matin, il me faut toujours mes nrj drinks.

En quittant Bondowoso, ce qui m'a marqué ce sont les regards et réactions des indonésiens. FRED part en éclaireur (il a une vision photographique), il est grand, costaud, et porte un t-shirt blanc Bintang (marque de bière). Les personnes le regardent l'air étonné, hébété voire ahuri.

Mais au pied des montagnes, les petits nous lancent sourires et hello avec des gestes de la main. Les plus hardis ou ceux qui connaissent un peu d'anglais viennent nous parler et nous demandent à être pris en photo (ce que je ne fais pas).

Dans la campagne - comme aujourd'hui - je me demande si les javanais ont déjà vu des touristes. Peut-être, mais cela doit alors être rare. Leur vie continue au rythme du travail, d'une vie qui va se poursuivre dans les champs, dans leur village. Le hasard a voulu que je sois sur cette moto et pas à leur place.

Les inégalités sont-elles injustes ?

Rédigé par Kitano

Publié dans #Voyages

Repost 0
Commenter cet article