Mélenchon règle ses comptes avec “Libération”

  • Kitano

Entre Mélenchon et les médias, la relation oscille sans cesse entre attraction et répulsion. Dans son nouveau numéro, en vente ce mercredi 2 octobre, la revue Charles publie un passionnant entretien de Jean-Luc Mélenchon consacré à ses relations (souvent houleuses) avec les journalistes.

Sur vingt pages, le leader du Front de gauche revient sur son “rapport passionnel aux médias”. Une relation singulière dans le paysage politico-médiatique qui s’explique notamment par l’ancienne condition de journaliste (en tant que localier) de Jean-Luc Mélenchon.

L’homme politique reconnaît également que ses attaques contre le système médiatique servent à politiser les gens. “C’est du judo, confie-t-il. J’utilise la propre énergie du système médiatique.” A l’instar de la stratégie mitterrandienne de 1974 à l’égard de l’ORTF, Jean-Luc Mélenchon cherche à “discréditer l’avis médiatique” dès qu’il en a l’opportunité, et, plus profondément, à le désacraliser aux yeux de l’opinion publique.

Dans cette interview à brûle-pourpoint, le président du Parti de gauche réserve ses attaques les plus dures à l’égard de Libération :

“Le sommet de la manip’, pour moi, c’est Libé. A chaque fois, leurs trois entrées sont trois attaques contre moi, plus le fait qu’ils changent les questions après l’interview. Parfois ils changent aussi les réponses relues… alors là c’est la totale.”

Et Mélenchon de citer comme exemple une interview publiée en novembre 2012 et dans laquelle ses propos auraient été déformés et utilisés sans son consentement : “Dans la discussion, je donne l’exemple de Louis XVI et je dis qu’il aurait pu se tirer d’affaire, ensuite je prends l’exemple de Hollande et je dis qu’il pourrait se tirer d’affaire. J’en discute avec eux et ils me demandent : ‘Alors Hollande, c’est Louis XVI ?’ ‘Non c’est pas du tout ça que j’ai dit.’ Du coup, j’enlève la référence à Louis XVI de l’interview mais ils le remettent quand même et font le titre dessus (…). Dépêche AFP. Polémique.”

Depuis, Jean-Luc Mélenchon affirme ne plus répondre aux questions du quotidien. “Pour moi, ce sont des voyous. Donc je ne les vois plus”, explique-t-il. Sûr de lui, il estime que grâce au Web, il peut désormais contourner Libération : “Leur canard, c’est 40 000 exemplaires tous les jours, mon blog me rapporte plus. La moindre de mes notes, c’est 20 000, 30 000 lecteurs”.

A paraître – Revue Charles, N°7, Automne 2013 : Journalisme & politique. Parution le 2 octobre 2013. L’entretien avec Jean-Luc Mélenchon a été réalisé par Marc Endeweld (Egalement pigiste aux Inrocks NDLR)

Mélenchon règle ses comptes avec “Libération”
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog