BALI 7 : Chi

  • Kitano
  • Voyages

I love the rain

Il pleut. Il pleut sur Kuta. En 7 voyages, Papa n’avait jamais subi cela. Certes des petites pluies en début de matinée mais pas à presque onze heures du matin.

Nous voici décontenancés devant ce fait. Papa n’intègre pas dans ses voyages la pluie et le froid.

La pluie nous surprend dans la rue du marchand de noix de coco. Nous trouvons abri dans le magasin qui vend des fruits à l’extérieur. Cela va nous permettre de regoûter à certains fruits et de découvrir la marquise : de formes oblongues avec une peau à peler qui donne une texture comme une poire pour un goût fruité.

La pluie continue, en attenant nous entrons dans le magasin. Il y a du pain, cela faisait longtemps que je n’en avais pas mangé. Ce pain n’est pas comme chez nous, son goût se rapproche du pain de mie. Mais, c’est un retour apprécié car j’aime bien avoir du pain avant les repas.

La pluie a enfin cessé. Nous n’avons pas été trop mouillés. Moi, j’avais ma capote qui m’a protégé. De retour à l’hôtel, on croise Emile et ses parents qui vont partir pour Ubud. Ils ont réservé et payé une chambre pour 400 000 roupies. Ils s’en vont mais reviendront bientôt. Papa a croisé Emile et son Papa hier, ils se baignaient mais moins loin de Papa qui s’est vu décerné deux pouces levés lorsqu’il prenait les vagues tellement il allait loin. Seulement deux pouces car il n’y avait que trois personnes dans la mer pour le regarder. Trois nageurs car cette zone, contrairement au précédent voyage est mieux respectée, bien que Papa reste vigilant.

Papa m’a mis un pansement sur mon genou. Il a suffi qu’il le mette sur le genou gauche pour que je tombe sur celui de droite. Il m’en a mis après qu’il se soit ouvert le doigt sur trois ou quatre millimètres, son doigt ayant tapé sur le meuble de la chambre. Cela fait comme un coupure avec une lame de rasoir. Cela a saigné et m’a impressionné. Il en a profité pour me mettre un pansement.

Midi commence a arrivé et nous retournons cette fois au restaurant Komala 2. On n’aurait pas dû ! Papa commande des calamars, Maman des crevettes et moi des lasagnes.

Plus d’une heure pour ce repas. Le plat de Papa arrive d’abord, vu le prix, ils ont plaint les calamars (45 000 roupies), le plat de Maman arrivera lorsque Papa aura presque fini. Trop pimenté, elle va à peine mangé. Et moi, je vais devoir attendre encore et encore. Heureusement comme tous les jours, j’ai droit à mon yaourt. Cela me permet durant l’attente de rentrer en contact avec une famille. Il y a les parents et trois enfants. Un des trois va s’amuser avec moi. Je vais aller le voir et ensuite m’enfuir. Il va jouer le jeu. C’est rigolo.

Mon plat de lasagne va arriver deux minutes après que Papa se soit renseigné sur la préparation de ce plat ! En fait, ils n’étaient que deux en cuisine et visiblement débordés. Le Komala sera inscrit sur la liste noire.

En rentrant, Papa a la surprise de recevoir un coup de fil de Fred. Ce dernier rentre de la jungle et passera bientôt nous voir. Cela pourra être un soir car les films au cinéma ne sont pas du tout intéressant pour perdre du temps.

Le temps, un des occupants français de l’hôtel en perd ici. Il n’a pas dû lire la carte du bonheur qui dit « te plains moins et accepte plus ». Il a rendez-vous ce soir avec une coréenne. Toutes les fois qu’il a un rendez-vous, c’est toujours avec des créatures de rêves, à ce qu’il nous dit.

Papa part pour acheter des cartes postales. Le temps passe et comme il faut en moyenne 7 jours pour qu’elles arrivent en France, il va être temps de passer du temps à écrire. Le record de cartes postales envoyées de Bali a été d’une quarantaine. A l’époque, cela représentait au moins quatre nuits d’hôtel. Lorsque Papa reviendra en France, il n’en aura que trois ou quatre. Visiblement, ses connaissances ne partaient pas en vacances. C’était pourtant la période de l’avant Internet.

Aujourd’hui, on va tous ce coucher tôt, ce qui est rare pour Papa qui profite de la nuit pour écrire pour le blog. Mais ce soir, il est fatigué et son dos le fait souffrir. Un cachet l’aidera à résoudre les deux.

Aujourd’hui, il a mangé presque trois maïs car notre marchand nous en a donné deux avant d’aller à la plage et un en sortant. Comme Maman en est écœuré, que j’en mange au moins la moitié, Papa finit toujours le reste.

Pour terminer, il faut que je vous raconte l’histoire de Chi.

Chi est un personnage de bande dessinée japonaise. A la rentrée, le dixième tome va sortir. Chi sera lié à jamais avec le Virgin Megastore de Paris. Alors qu’il regardait les rayons, il tombe par hasard sur cette bande dessinée qu’il feuillette. De retour dans notre région, il va chez notre libraire qui lui dit qu’il a bien la bande dessinée qui est publiée par Glénat kids, qu’elle vise le public des enfants avec un sens de la lecture à l’occidental vu le public visé !

Cela ne repoussera pas Papa de découvrir l’histoire de ce petit chat perdu qui va être recueilli. L’auteur arrive de se mettre dans la peau d’un chaton. C’est étonnant. Des personnages vont arriver : le noireaud, sorte de chat ours et puis plus tard Minou, un petit chat qui vit dehors. Si dans les tomes qui vont suivre, il y aura moins de découvertes, l’émotion sera présente au moins une fois par tome.

Si au départ, Papa fut un des rares à avoir le coup de foudre pour cette bande dessinée, il n’en sera pas de même dans les années qui vont suivre. Le succès sera au rendez-vous, le rythme des publications va s’accélérer pour arriver combler le décalage des années qu’il y avait. Succès car les enfants aiment mais aussi les parents !

Papa est aussi lié à Chi car sur le dos de la couverture de quelques tomes, il y avait une faute d’orthographe : « des crabe aux doudous » Papa l’a signalé à un webmaster qui a fait passer l’information. Personne ne saura ce que Papa a fait, sauf vous !

Papa me lit tous les soirs une histoire de Chi.

Chaque tome comprend une quinzaine d’histoires avec un nombre de pages fixes, huit. Par contre, la mise en page change. Elle est cinématographique. L’histoire commence toujours par un dessin de trois quart de page qui fait souvent suite à la fin de l’épisode précédent. L’auteur met environ deux semaines pour écrire un épisode.


En ce moment, Chi attend Minou qui attendait Chi retenu prisonnier à la maison. Maintenant, grâce à Chi, je sais ce que signifie ‘gratte, gratte’. C’est ce que faisait Chi devant la porte vitrée pour sortir.

Chi, c’est un peu ma récompense après que j’ai pris la douche et que j’ai pleuré si l’on veut me laver mes cheveux !

Papa doit prendre ses lunettes car avec cette ampoule de 40 watts au plafond, difficile d’y voir clair pour lui !

J’allais oublier que Chi a été adapté à la télévision en dessin animée. Je connais la chanson en japonais et les termes ‘Pon Pon’ qui signifie ‘ventre plein’, ‘shiawase’ pour dormir et ‘kororin’ pour heureux.

Souvent, ma vie est comme les trois derniers termes de la chanson de Chi. Vivement demain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
T
Vous retrouverez les &quot;accents&quot; dans mes comm donc on est bien rentré ! Waouh ! j'ai pas tout lu mais c'est pas des vacances de &quot;bac à sable&quot; pour vous !! LOOoooOOOLLL <br /> oui ATTENTION Gabriel !! ne pas toucher le wasabi c'est le petit truc vert avec les sushis .... Ils ont apporté mon plat très appétissant, et comme je suis poli mais très gourmand, j'ai choisi, sans attendre les autres convives, en début de repas de manger la &quot;mayonnaise&quot; tout petite &quot;chose verte &quot; que ça ne se verrai pas !! erreur majeure !! j'ai failli exploser <br /> ça monte doucement ......comme le sirtaki ...... les serveurs savaient plus quoi me donner ... du pain .... de l'eau .....Impossible d'aller à la fenetre on était au 93 éme étage d'une tour à Shanghaï ! (le &quot;decapsuleur&quot; on voit souvent ce building sur les images de cette ville .....) <br /> ça me donne chaud<br /> <br /> prenez soins de vous arrêter de fair &quot;Kho-Lanta&quot; !!<br /> il y a au moins une carte postale d'Italie qui vous attend ..... Une &quot;vieille tante&quot; .....LoooOOOLLL ne pas le lui répéter, tout va bien j'ai pas encore mis votre maison en vente sur le &quot;bon coin&quot;
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog