Teache A connaît le cross-dressing

  • Kitano
Cet article concerne le cross-dressing en général. Pour des informations spécifiques sur le cross-dressing sexuel, voyez l'article fétichisme travesti

Le cross-dressing (litt. habillement croisé) est l'acte qui consiste à porter les vêtements associés en général à un autre genre dans une société donnée.
L'utilisation de ce terme, les différents types de cross-dressing pratiqués dans les temps modernes et au long de l'histoire, une analyse de cet acte et des exemples historiques seront exposés dans l'article.

 

Utilisation [modifier]

Quasiment toutes les sociétés humaines à travers l'histoire font une distinction entre les genres masculin et féminin par le style, la couleur, ou le type de vêtement que les individus portent, et ont un ensemble de normes, opinions, ou même de lois[1] définissant quel type de vêtements est approprié pour chaque genre.

Le travestissement, parce qu'il va à l'encontre de ces normes, peut être considéré comme une attitude transgenre. Toutefois, ce n'est pas systématique ; une personne qui pratique le cross-dressing ne s'identifie pas nécessairement à un genre différent de celui qui lui a été attribué à la naissance.

Le terme « cross-dressing » désigne l'acte de s'habiller avec les vêtements d'un autre genre, et n'induit aucune cause à ces actions (transgendérisme, homosexualité, jeu…). Certaines personnes associent systématiquement le cross-dressing au transgendérisme, à la sexualité, au fétichisme sexuel ou à l'homosexualité.

Toutefois, dire d'une personne que c'est un travesti suggère que le cross-dressing qu'il pratique est habituel et ainsi ce terme peut être employé comme impliquant un transgendérisme.

Différents cross-dressings [modifier]

Cette affiche pour le spectacle au titre à sous-entendu, « j’ai le temps, j’ai le lieu mais c’est dur de trouver la fille » présente miss Hetty King dans le rôle titre. 1910

 

 

Il y a de nombreuses sortes de cross-dressings, et de nombreuses raisons pouvant mener une personne à le pratiquer[2]. Les hommes comme les femmes peuvent pratiquer le cross-dressing afin de masquer leur identité réelle. Certaines personnes pratiquent le cross-dressing pour leur confort personnel ou pour des raisons esthétiques. Elles ont une préférence pour un style de vêtements qui est associé uniquement au sexe opposé. Dans ce cas, leur cross-dressing peut être ou ne pas être apparent. Certaines personnes pratiquent le cross-dressing dans le but de choquer ou de défier les normes sociales

Des troupes de théâtre composées de membres d'un seul sexe comportent souvent des acteurs pratiquant le travestissement afin de pouvoir interpréter des rôles écrits pour des membres de l'autre sexe. Le travestissement scénique, particulièrement l'image d'hommes portant des robes, est souvent utilisé pour créer un effet comique. En anglais, drag est une forme particulière de spectacle artistique basée sur le cross-dressing.

Rrose Sélavy, ici photographiée par Man Ray, était le double de Marcel Duchamp. 1921

 

 

Une drag queen est un homme qui joue un rôle de personne exagérément féminine, dans un costume sophistiqué souvent constitué de robes très voyantes, de bottes très hautes, d'énormément de maquillage et d'une longue perruque. Une drag queen peut imiter des rôles de femmes célèbres, de pop-stars ou, comme RuPaul, jouer son propre rôle de femme excessive.

Un drag king est une femme qui joue un rôle exagérément masculin, ou qui imite un acteur ou un chanteur. Certains transsexuels FtM peuvent aussi se désigner comme des drag kings, bien que cet usage soit considéré comme imprécis par certains. Au cours de l'histoire, certaines femmes, comme Catalina de Erauso, ont pratiqué le cross-dressing afin d'accéder à des emplois exclusivement masculins, ou presque, tels que les carrières militaires. De la même façon, certains hommes ont pratiqué le cross-dressing afin d'éviter le service militaire.

Les personnes transgenre en transition ou ayant complété leur transition ne sont en général pas considérées comme accomplissant un travestissement. Ainsi, un transsexuel qui a achevé sa transition n'est certainement pas considéré comme travesti, à moins qu'il ne porte des habits du genre opposé à celui qu'il s'est assigné par sa transition. On peut considérer de la même façon les transsexuels avant leur opération.

Un fétichiste travesti est une personne (le plus souvent un homme hétérosexuel) qui s'habille avec les vêtements de l'autre genre comme fétiche sexuel. Le terme underdressing est utilisé par les cross-dressers de sexe masculin pour décrire le fait de porter des sous-vêtements féminins sous des vêtements masculins. Le célèbre réalisateur de films à petit budget Ed Wood affirmait qu'il portait des sous-vêtements féminins sous son uniforme de militaire durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Certaines personnes pratiquant le cross-dressing peuvent le faire pour se faire passer pour une personne de l'autre genre, allant jusqu'à reproduire les manières, la façon de parler, et les caractéristiques physiques sexuelles de l'autre genre. On appelle cela « passer » ou « essayer de passer » selon le degré de ressemblance atteint. Une personne se rendant compte qu'une personne pratique en fait le cross-dressing a, selon la terminologie anglo-saxonne, « lu » (read) cette personne. Il existe des livres et des magazines traitant du cross-dressing, expliquant comment un homme peut ressembler à une femme.[3]

Parfois, l'un des deux membres d'un couple hétérosexuel peut porter les vêtements de l'autre pour l'exciter. Par exemple, l'homme peut porter les jupes et la lingerie de la femme, et/ou la femme peut porter les caleçons ou divers autres vêtements de l'homme.

D'autres peuvent choisir d'avoir une approche mélangée, adoptant certains traits féminins, et d'autres masculins. Par exemple, un homme peut porter une robe et une barbe. Cette pratique est parfois appelée, selon la terminologie anglo-saxonne, genderfuck.

Vêtements [modifier]

La réelle détermination du cross-dressing est plutôt sociale. Par exemple, dans les sociétés occidentales, les pantalons sont devenus un vêtement autant féminin que masculin, et le fait pour une femme de porter un pantalon n'est pas considéré comme du cross-dressing. (Au début du XXe siècle, le Préfet de la Seine Louis Lépine avait émis un décret interdissant le travestissement, qui interdisait le port du pantalon aux femmes, preuve que ce phénomène est récent). Dans les cultures où les hommes portent traditionnellement des vêtements similaires aux jupes comme le kilt ou le sarong, ces vêtements ne sont pas considérés comme féminins, et porter ce genre de vêtements n'est pas considéré comme du cross-dressing masculin. Ces sociétés se mondialisant de plus en plus, les hommes et les femmes adoptent un style vestimentaire associé à d'autres cultures, plus global.

Il était autrefois tabou, pour les femmes dans les sociétés occidentales, de porter des vêtements associés au genre masculin. Le cross-dressing est explicitement décrit comme une "abomination" dans la Bible, au livre du Deutéronome (22:5). Ce n'est plus le cas aujourd'hui, et la plupart des femmes occidentales portent des pantalons, des cravates, et des chapeaux masculins. Toutefois, de nombreuses cultures autour du monde interdisent encore aux femmes de porter des pantalons ou d'autres vêtements traditionnellement masculins.[réf. nécessaire]

Le cosplay est aussi inclus dans le cross-dressing, car certaines femmes peuvent désirer s'habiller en personnage masculin, et vice-versa (crossplay). La contention de la poitrine (pour les femmes) n'est pas inhabituelle et est le plus souvent requise pour pouvoir s'habiller en personnage masculin.

Presque partout dans le monde, le fait pour un homme de porter des vêtements traditionnellement féminins est toujours socialement réprouvé, bien que ces vêtements soient acceptés dans certains contextes traditionnels (comme pour le kilt écossais). A l'occasion, on (par exemple, les créateurs de mode) promeut l'acceptation de la jupe comme un vêtement masculin autant que féminin. Les personnes pratiquant le cross-dressing se plaignent du fait que l'on autorise les femmes à porter des vêtements masculins (des jeans, par exemple) alors que l'on condamne tout homme voulant porter des vêtements féminins.

Bien que la plupart des personnes de sexe masculin pratiquant le cross-dressing s'habillent en femmes adultes modernes, certaines s'attachent à des sous-cultures impliquant le port de vêtements de petite fille ou anciens et démodés. Certains de ces hommes témoignent qu'ils aiment s'habiller de la manière la plus féminine possible, ainsi ils portent des robes froncées lacées et dotées de rubans, ainsi que des jupons, corsets, porte-jarretelles avec des bas nylon.[4]

Difficultés sociales [modifier]

Les hommes pratiquant le cross-dressing commencent souvent à porter des vêtements féminins durant l'enfance, portant les vêtements d'une sœur, de leur mère ou d'une amie. S'ils pratiquent le cross-dressing secrètement et se font découvrir, particulièrement par l'un des membres de leur famille, ils se font en général réprimander et se voient interdire cette pratique, sauf si les parents les laissent faire. Certaines mères affirment qu'elles ont laissé leurs garçons pratiquer le cross-dressing et que, dans de nombreux cas, ils arrêtèrent d'eux-mêmes devenus plus âgés. Il semble que quand un garçon se voit interdire le cross-dressing, il essaiera le plus souvent d'arrêter, mais recommencera plus tard. Le même schéma se reproduit souvent à l'âge adulte, quand l'homme se voit confronté à une femme ou une petite amie. Les personnes mariées pratiquant le cross-dressing ressentent une grande anxiété et culpabilité si leur épouse s'oppose à leurs pratiques. Les personnes pratiquant le cross-dressing peuvent devenir obsédées par le port de vêtements féminins ou souffrant de TOC, si ce n'est dépendantes. Certaines personnes se débarrassent de tous leurs vêtements féminins, une pratique appelée "purging" (la purgation) mais se recréent une collection plus tard.[5]

Répression [modifier]

Dans certains pays, le fait de porter des vêtements de l'autre genre est un délit. Ce fut le cas en France, dans le département de la Seine, par un arrêté préfectoral de Louis Lépine, au début du XXe siècle.

 

Source : Wikipédia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
<br /> <br /> mais si, mais si ! Bon, j'aurais dû mentionner la source (ce que je vais faire). Chaque année, je fais un don pour Wiki ;-)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
K
<br /> <br /> C'est pas bien de faire du copier-coller avec Wiki.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog