302-greve.1259140015.jpg

grève

utiliser

Petit retour sur la note d’hier après-midi : Svend, syndicaliste au SNES, m’a envoyé un mail ce matin qui apporte peut-être une explication concernant la différence entre le nombre de grévistes annoncé par le ministère et celui des syndicalistes dans les collèges et lycées. Je me contente de le recopier :

Le ministère utilise un mode de comptabilisation des grévistes qui minore scandaleusement les taux de grévistes.

En effet, les rectorats ne prennent en compte que les grévistes constatés à 8 h. Tout collègue prenant son service plus tard dans la journée, à 9 h, à 10 h à 14h, est alors d’office considéré comme non-gréviste, qu’il se présente ultérieurement à son poste ou non. Ce nombre de grévistes est ensuite rapporté à l’ensemble des personnels, qu’ils soient en exercice ou non, qu’ils soient appelés à faire grève ou non. Par exemple, les chefs d’établissements sont comptés d’office comme personnels non-grévistes. Les personnels en maladie, en congé sont comptés comme non-grévistes alors qu’ils ne sont pas attendus dans les établissement le jour de la grève. Quant à un agent exerçant son service à mi-temps, il est comptabilisé comme un demi-gréviste !

Avec cette méthode de comptabilité, le Ministère réduit au moins de moitié les taux de grévistes annoncés à la presse le jour de la grève.

Il va de soi par contre que les retraits de salaire seront ensuite effectués à partir d’un décompte effectif des grévistes, ce taux n’étant ensuite pas médiatisé dans l’après-coup de la grève.

Cela n’explique pas la différence dans les écoles primaires.

Retour à l'accueil