Kate Moss est à bout de souffle

  • Kitano
  • Kate

On pensait les années « folles » de Kate Moss derrière elle.

Grave erreur. Le top vient de prouver qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et qu’elle était encore capable du pire…

©Starface
Kate Moss est à bout de souffle

 

Kate Moss passant de l'euphorie aux larmes au premier rang du défilé pour Haïti, organisé par son amie Noami Campbell.

 

La scène rappelle clairement les années « sombres » du top. Celles où, accompagnée du musicien Pete Doherty, elle défrayait la chronique par son attitude destructrice.

 

Pourtant, le 18 février dernier, lorsque Kate craque, c'est sans raison apparente. Certains voudraient attribuer cette crise de larmes à la mort d'Alexander McQueen, son ami styliste (qui s'est suicidé le 11 février). Mais ses proches savent que Kate est au milieu d'une nouvelle tempête.

 

En effet, depuis quelques mois, et malgré le soutien de son entourage, les photos d'une Kate instable et alcoolisée s'accumulent : à Londres, lors des GQ Awards en septembre, elle est incontrôlable et provoque un scandale ; en octobre, elle est tellement ivre (et l'alcool est-il le seul responsable ?) à l'anniversaire de Simon Cowell (X Factor) qu'elle manque de s'écrouler ; en décembre, elle fête Noël dans les grandes largeurs, à tel point qu'elle et le rockeur Jamie Hince, son compagnon depuis deux ans, sont obligés de repousser leur voyage en Thaïlande - perdant au passage 22 000 € de billets d'avion.

 

A chaque fois, Kate jure que c'est la der des der. A chaque fois, elle recommence.

 

Kate Moss craque et rappelle Pete Doherty

Elle qui s'astreignait à une vie saine (se coucher tôt, boire de l'eau et manger équilibré), a de nouveau besoin de s'étourdir avec ses vieux amis du monde de la mode. « Des amis qui ne la jugent pas et pour qui la consommation de produits stupéfiants fait partie du folklore mondain », nous explique une jeune Britannique, qui fréquente ce milieu.


Seul Jamie est toujours là pour secourir Kate. Lui qui, l'année dernière, après une énième rupture, avait réussi à la convaincre d'en finir avec ses excès d'alcool, se retrouve aujourd'hui impuissant. Il a pourtant essayé de lui offrir la stabilité dont elle manquait. Sa demande en mariage le 16 janvier, jour des 36 ans de Kate, sur l'île Moustique, devait - pensait-il - la rassurer. Loin de l'avoir apaisée, cette demande l'a effrayée.

 

Comme hantée par ses années fête, sexe, (drogue) et rock'n'roll, « Kate se sent à l'étroit dans la vie bien rangée que lui offre son gentil rockeur », explique un ami du top.


Il y a quinze jours, le top n'a pas pu résister : elle a rappelé Pete Doherty, au grand dam de son entourage, qui craint de plus en plus une profonde rechute. Après avoir vu Carl Barât, cofondateur avec Pete du groupe de rock The Libertines, dans la pièce londonienne Fool for Love - où il donne la réplique à Sadie Frost -, Kate s'est ruée sur son téléphone.

 

« Pete était aux anges, rapporte un complice du leader des Babyshambles. Il serait prêt à repartir avec elle dans la minute. Il a toujours dit qu'elle était son âme sœur. Mais le problème avec Kate, c'est qu'elle veut que les choses se fassent à sa manière. Résultat, un instant elle est dingue de lui et le suivant, elle le jette. »


Pour le moment, la tendance est plutôt à la folie. « Elle s'est mise en tête que Pete lui manquait, confirme une de ses amies. Elle ne serait pas contre une folle nuit d'ivresse avec lui. » Le côté sombre et destructeur de Doherty est - à ses yeux - définitivement plus attirant que l'?aspect propre et lisse de Hince.


Le patron de Topshop sermonne Kate Moss

Jamie, conscient que Kate lui échappe, tente pourtant de maintenir le cap. Sachant sa fiancée fragilisée par le suicide d'Alexander McQueen, il a décidé de lui changer les idées. La semaine dernière, il a refusé qu'elle se rende à la Fashion Week de New York, où elle aurait retrouvé ses copines et certainement fait la fête.

 

Il a préféré la mettre au vert en l'emmenant skier à Val-d'Isère (en France) avec sa fille, Lila Grace, 7 ans, que le top a eu avec le journaliste Jefferson Hack. La seule pour qui Kate se batte encore contre ses vieux démons.


L'autre soutien - de taille - de Jamie Hince s'appelle Sir Philip Green. Neuvième fortune du Royaume-Uni, l'homme est propriétaire des boutiques Topshop. Cette enseigne avait été l'une des rares à soutenir Kate après que le Daily Mirror a publié des photos d'elle consommant de la cocaïne, en septembre 2005.

 

Green, pour qui la Brindille a beaucoup de respect, l'a donc convoquée et lui a passé un savon, nous a rapporté un proche. Il lui a demandé de « ne pas tout foutre en l'air ». Une allusion très explicite à ses récents dérapages... dont ce coup de fil passé à Pete Doherty.


Ce recadrage, ajouté au choc de la perte de son ami styliste, semble avoir porté ses fruits. Pourtant ses amis le savent, « si Kate est décidée à revoir Pete Doherty, elle le fera. Quelles qu'en soient les conséquences »...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog