BALI 6 : ARTHAWAN

  • Kitano
  • Voyages

Resume : retour au paradis ou presque, comme si j'avais toujours connu cela ... toujours mais pas tout !

 

La plage, le soir, j'évite. Lors de mon second voyage, je m'étais aventure innocemment sur la plage, un soir et je reçus beaucoup de propositions franches de jeunes hommes m'informant qu'ils voulaient s'occuper de moi de gentille manière. Je repoussais ces propositions honnêtes.

 

Une voix efféminée, en cette nuit de presque pleine lune, m'interpelle "excuse me, have your fire ?". Je ne réponds "No", sans même me retourner, tellement habitue aux mots sur la Legian (route principale a sens unique lorsqu'on la descend pour une partie) comme Hashish, massage, transport, glasses, women. Maintenant, les gars en moto communiquent par téléphone, si vous répondez par l'affirmative, une fille devrait venir.

Si certains d'entre vous, peuvent penser que destinations touristiques équivaut a tourisme sexuel, c'est qu'ils projettent leurs phantasmes. En Thailande (et sûrement les autres pays aussi), le tourisme sexuel concerne a 95% la population locale. A Denpasar, il y a un quartier pour les locaux ou pour ceux qui viennent de Java. La prostitution est surtout du fait des javanaises, avec qui l'on peut danser et plus si affinites. Mais, si l'une d'elles vous dit qu'elle vous amene a l'hotel ARTHAWAN, pas de doute, elle est dans la partie.

 

Arthawan est un hôtel que j'ai découvert lors de mon troisième voyage, rentrant avec des jeunes hollandais. J'y ai croise Fred lors de Bali 4 et dormi la premiere nuit (les autres etaient complets), lors de Bali 5. L'hôtel était dans les guides. Enfin, avant parce que maintenant, il a disparu. Vous en connaissez maintenant la raison. A l'epoque, pourtant, cela ne devait pas etre le cas. Le petit dejeuner etait sympa. Lorsque je suis arrive, il y a deux ans, j'aipu avoir la derniere chambre qui donnait sur la rue et j'ai eu droit a un concert Bob Marley  durant une partie de la nuit !

Je retournerai voir les prix des chambres et la disponibilite. Mais le proprietaire a plus interet a louer des chambre a la nuit ou a l'heure qu'a des voyageurs comme nous pouvons faire partie.

 

Je n'ai pu trouver le sommeil entre minuit et 3h, donc je me lève péniblement vers 10h. Une boisson énergétique pour débuter la matinée. Petit déjeuner ou je croise le francais a la Porsche. Il a failli mourir a cause d'une amibe, étant descendu a 42 kg pour 1m72. Ce qui le gênait c'était moins de mourir mais de croire qu'il aurait pu mourir du sida ! Il est ici pour se refaire une santé. 48 ans, il me dit qu'il ne les fait pas mais c'est dans sa tete qu'il en a deux fois plus !

 

Direction internet pour une séance de deux heures. La relecture du livre est terminée. J'ai peine car il y avait des erreurs dans le sujet a cause d'une retranscription du format pdf au format du livre. J'écrirai un mot a l'éditeur pour lui signifier que je demande que la date de relecture soit avancée. Si j'avais ete comme l'an dernier au Nepal ou en Inde, la relecture aurait été impossible. Ici, ils ont le Windows Starter 2010, avec aucune difficulté pour réécouter le Masque et la Plume ou le journal de France Inter, même si l'écoute peut être hachurée.

 

Après cela, une noix de coco méritée. J'aime ce moment dans cette ruelle (au bout de la Legian traverser puis prendre la 1ere a gauche - la rue des champignons - puis traverser la route). Je croise des visages que je reconnais comme ce visage de chinois avec des lunettes. Certains me disent bonjour. En partant, Pad Ok me dit : TE RI MA KA SI (merci- il coupe exprès les syllabes). Petit détour vers le MataHari, supermarche dans un centre commercial pour acheter des fruits. Il n'est pas facile de trouver un marche a Kuta. Le décalage horaire ne me donne pas d'appétit mais ce n'est pas un souci, j'ai des kilos a perdre !

 

Deja 16h et direction la plage. J'ai envie de poursuivre le chemin de cet homme et de son fils sur la route, roman de Coormac Mac Carthy. Les vagues sont plus fortes, il va falloir que je mette le tshirt moulant que portent les surfeurs pour éviter de s'égratigner tellement que j'arrive près du bord, limite a m'echouer. Ce matin, j'ai lu que les LIFEGUARD avaient fait 103 sorties pour rechercher des surfeurs, trois n'en sont pas revenus vivants (les surfeurs pas les lifeguards). Ne pas se croire présomptueux face aux éléments marins.

 

De retour a l'hôtel, j'informe que l'ampoule de la salle de bain vient de griller. On me la changera 30 minutes plus tard. me voici prêt pour un tour de centre ville lorsque j'entends mon prénom ....

 

Mais qui me connait ? Est-ce un hasard ? Encore une rencontre honnete ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
<br /> <br /> d accord, je voyais depuis quelque temps Higelin mais j ai prefere ecouter le journal mais ici c est hachure, le journal de 13h il faut une heure !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> <br /> si tu peux écouter France inter alors je te conseille les feuilletons de l'après-midi en réécoute, car on a eu Baschung, Brassens, Higelin ! étonnant qu'on ait les poadcast car c'est parfois pas<br /> autorisé à cause des droits d'auteur (comme pour carrefour de l'Odéon...)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog