Avant-après : l'équipe du planétologue Michael Malin, qui exploite en priorité les images de Mars Global Surveyor (Nasa), a publié hier dans Nature l'étude d'images de mêmes lieux prises durant les sept années d'activité de la sonde qui vient de terminer sa carrière.
Sur ces images, apparaît la trace indubitable de chutes de petites météorites. Outre la mesure directe du flux actuel de ces dernières, cela a permis aux planétologues de confirmer l'origine des coulées de sédiments et de liquide déjà repérées. Ce sont bien les impacts de météorites qui les déclenchent. Reste un mystère qui ne peut être tranché que par un robot ­ ou un astronaute ­ envoyé in situ : s'agit-il de glace d'eau brutalement fondue sous le choc thermique de l'impact ?
 
Retour à l'accueil