La vie rêvée de Princesse ANN

  • Kitano
 Je suis à l'hopital mais pas pour moi. Comme chaque semaine, je suis venue rendre visite aux enfants malades.

Je suis avec un petit garçon leucémique. Il ne va pas trop mal, il a 5 ans et il me dit qu'il souhaiterait sortir au moins quelques heures de l'hopital.

Je vais voir le Professeur qui s'occupe de lui et il me donne son accord.

J'ai envie de montrer quelque chose de nouveau à l'enfant. Je pense immédiatement aux girafes aux tâches mauves qu'on ne peut voir que dans le parc du Tabor à Rennes.

J'ai mon permis mais pas le droit de conduire alors comme je suis à l'hopital à Paris, je pense à appeler ma cousine qui habite depuis peu à deux pas de l'hôpital où je me trouve.

Nous voilà parti tous les 3 en direction de la Bretagne.

Nous sommes dans le parc avec les girafes.

Des cloches sonnent, c'est la sonnerie de mon téléphone qui me sert de réveil. Je comprends qu'il est 8 heure et que je vais devoir me lever dans peu de temps. Je compte bien me rendormir un petit peu avant.
C'était sans compter sur mon ange gardien qui chaque matin se lève d'un bond dès la première sonnerie du réveil et m'agite ma plaquette d'amphétamines sous le nez parce qu'un jour où j'étais réveillée, j'ai eu le malheur de dire qu'il ne fallait jamais me laisser me rendormir le matin sans m'avoir obligé à prendre le premier petit comprimé plan.

Sans ouvrir un oeil, je lui raconte en vitesse que je suis dans un parc à Rennes avec un enfant leucémique et qu'il est resté dans le parc avec ma cousine alors qu'il était sous ma responsabilité.

Je supplie mon ange gardien. Il faut au moins qu'il me laisse me rendormir pour que je puisse récupérer l'enfant et que je puisse le ramener à l'hôpital car il a une leucémie et il faut que je le ramène coute que coute.

Mais rien n'y fait, l'ange gardien pharmacien continue à m'agiter les comprimés d'amphétamines et ne veut rien savoir.
Dommage, j'avais pourtant bien essayé...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog