Cine : MIAMI VICE

  • Kitano
  • PoP

'Substance over form', en normes comptables internationales c'est le fait de prendre en compte un matériel dans son patrimoine même si l'on n'en est pas le propriétaire (cas de la location). C'est une façon de penser radicalement différente de notre conception française (où prime le droit de propriété).

 

Pour le film de Michael Mann, on pourrait appliquer ou plutôt adapter dans le sens inverse cette formule : 'Style over substance' : l'ambiance d'abord le scénario ensuite. On retrouve la mise en scène dans la pénombre, la nuit tombante ou tous les criminels sont cubains ou tendance pro aryen. Visiblement le jour intéresse moins le réalisateur : presque toutes ces scènes font penser a des cartes postales (scènes de bateau, dans les rues colombiennes) autant que la relation entre Sonny le policier et la financière du groupe criminelle. Cette histoire n'est pas crédible, pas a ce niveau la. Cela donne l'occasion d'avoir un rôle pour Gong Li et une interprétation toujours atmosphérique de Colin Farrell depuis LE NOUVEAU MONDE.

 

Le scénario suit les traces du film policier classique, très classique, trop classique. Mais on le savait depuis COLLATERAL et l'interpretation hallucine d'un Tom Cruise qui faisait penser à un Georges Clooney sous Prozac. Les lignes forces des films de Michael Mann se décèlent facilement : des acteurs de renom, une histoire policière classique mais surtout des ambiances nocturnes. Et la scène de "gun fight' est plus la pour suivre les clichés du genre que pour apporter un supplément de psychologie au rôle par exemple de Jamie Foxx qui semble sorti d'un défile de coiffure internationale. Les scènes sont duales avec son collègue (douche, amour, façon d'agir).

 

Pour être honnête, le film était présenté en version originale non sous-titrée, j'ai donc perdu une partie des dialogues, mais cela ne change pas ce qui précède et je ne peux avoir qu'une pensée spéciale pour ce réalisateur dont j'ai vu tous les films a l'étranger. Je partage avec lui le fait comme il a dit : "d'être vierge  par rapport a la série télé « dont je ne connais que le générique (d'ou peut-être les ballades en bateau).

 

Au final, un film classique de la part d'un réalisateur qui tout en suivant un genre bien défini suit son style mais n'arrive pas a me plonger dans son esthétique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog