Myanmar 2006 : Bangkoker (1ere partie)

  • Kitano
  • Voyages

128$, voila mon budget pour 15 jours det 14 nuits passes dans ce pays (hors billet d'avion - 180 euro avec visa). Avec les visites des temples cela aurait largement augmente la note. Mais comme me le disait David, un jeune anglais qui fait le tour du monde (il est cuisinier en Grande-Bretagne et y retourne debut janvier) avec l'Inde et le Cambodge, on a fait notre stock. Pour ma part, c'est l'essence du voyage qiu change. J'ai ; il est vrai ; vu assez de temples et maintenant, c'est plus la vie qui m'interesse : regarder les gens, rencontrer des personnes.

Cela commencait a etre une routine : reveil vers 5h30, lever ver 7h40, petit dejeuner a 8h qui va durer une heure, douche et repos. Je quitte la chambre a 11h pour une seance photos avec la Marmotte dans les rues de la capitale. Je me dirige vers la tea shop pour offrir les echantillons de parfums au boss. Et la aussi, c'est la routine ou plutot la totale : Soya milk, gateau, the, boulette de poulet, the chinois et j'ai droit a un paquet cadeau de gateaux (3 de mes preferes, 3 classiques et un cake !).

Mais, ce n'est pas fini ! Le patron m'invite dans un resto indien (riz avec crevettes- le plus cher me dit-il). Il mange assez vite. On l'appelle au telephone, il doit partir. Il me donne son adresse et me dit que si je reviens, il viendra me chercher a l'aeroport ! Il me propose un the mais je n'en peux plus ! Je rentre a l'hotel, il y a un jeune qui vient d'arriver, c'est David et l'on engage la conversation. Je lui donne quelques tuyaux et la moitie de mes gateaux (enfin un sur les 3 de mes preferes). Je me demande pourquoi le 'courant' passe avec certaines personnes. Et dans le cas de David, cela ne sera pas une question de temps vu notre courte conversation (on s'echange nos adresses email).

15h15. Le patron m'emmene a l'aeroport. On discute sur la situation de la Birmanie. Il me dit qu'il y a 40 ans, il y avait plus de buildings a Yangon qu'a Bangkok. Cela a change ! Il me dit aussi qu'il faut travailler dur et qu'il veut que son hotel soit propre (je l'avais remarque, les filles toujours a frotter un hotel vieillissant). J'avais aussi remarque qu'il etait fier de son petit dejeuner, essayant toujours de l'ameliorer en porposant de nouveau plat (le dernier fut un plat israelien qi se rapprochait du taboule). Il veut me laisser devant l'aeroport pour eviter de payer la taxe d'entree mais au prix que j'ai paye (5$ - j'aurais pu l'avoir pour 5000 par taxi et 4000 par camionnette mais j'ai joue la commodite pour les sacs et la securite) je veux etre au terminal cote depart. L'aeroport est en travaux, ils construisent une extension qui fera une plus belle architecture.

L'ambiance y est plus detentu, les douaniers souriants. Attente. Derrere moi, 4 etudiants birmans (dont 3 filles) partent pour Bangkok. En fait, ils ont des tetes de chinois et vont etudier a Taipe. La Thailande sera une ville etape adminstrative pour obtenir les papiers. La conversation s'engage apres qu'une des filles m'ait dit de parler plus lentement. Elle me propose des gateaux, je les mange. Elle me dit : "mais tu as faim, tu en veux d'autres ?". Je souris. Ils veulent etre dans le BTP, je leur dis qu'il va y avoir beaucoup de buildings bientot a Yangon. Ils ne sont qu'en premiere de leur six annees d'etudes. Ils vont vivre un changement de culture impressionnant.

Vers 17h20, appel. On partira a l'heure sous la pluie et on me servira encore a manger. Je pense que j'ai grossi et que ce n'est pas la journee demain de diete qui va changer quoi que ce soit. On decolle pour un retour de ce que je nomme la civilisation ! Oui, je suis un Bangkoker.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog