COIN PERDU CHERCHE TÊTE D'AFFICHE

  • Kitano

Très différents par leur taille (près de 10 millions d'euros de budget pour les Vieilles Charrues en 2009, 900 000 euros pour les Nuits secrètes), leur histoire et leur concept, ces deux festivals ont pourtant partagé une même ambition d'origine : revaloriser un territoire. Pionnier en la matière, le festival des Eurockéennes avait marché dès 1989 sur les traces des énormes festivals anglo-saxons, avec pour proposition de base de désenclaver le Territoire de Belfort, économiquement fragile et politiquement invisible. Au milieu des champs, plus exactement sur une presqu'île, celle de Malsaucy, au bord d'un lac où nagent les canards, les Eurockéennes ont suivi l'exemple de Glastonbury, le plus gros festival rock de Grande-Bretagne, où Springsteen se produira également cette année.


Vieilles Charrues ou Nuits secrètes participent à l'extrême diversité des quelque 1 200 festivals de musiques actuelles recensés en France entre juin et septembre. Comment peut-on ingérer autant de festivals dans un si court été ? Car il n'y a pas que la musique, mais aussi la danse, le théâtre, la musique classique, le cinéma, ou le tout mêlé, sans compter les sirènes de l'étranger. Pas d'indigestion pourtant, et toujours autant d'appétit. Dans le lot, des festivités purement locales, mais aussi pléthore d'événements d'ambition régionale, voire nationale. Tous cousins, mais pas tous copains.


Depuis Woodstock, on sait que la musique populaire peut attirer les foules dans les endroits les plus reculés. Les Américains ont créé Woodstock et toutes ses déclinaisons, un art en soi, celui de poser sur des prairies des centaines de milliers de jeunes en quête de fête, de rencontres et de situations exceptionnelles – du coup de chaleur au bain de boue, en passant par l'expérimentation de nouveaux produits hallucinogènes. La France a rattrapé son retard dans les années 1990.


A côté des éléphants, comme les Francofolies de La Rochelle à la mi-juillet, une myriade de manifestations d'été a fleuri, dont beaucoup sont capables, bizarrement mais démocratiquement, d'attirer des grands noms de la chanson française ou de la pop internationale dans des endroits aussi inattendus que Malestroit, Monts, Hérouville-Saint-Clair, Clisson, Saint-Denis-de-Gastines, Montendre, Six-Fours ou Onet-le-Château…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog