Un dvd puissance 300

  • Kitano
  • Planète
Le vieux rêve d'enregistrer les informations en trois dimensions, et non plus en deux comme sur un classique DVD, est proche de se réaliser. Les disques compacts holographiques seraient prévus pour juin par le japonais Optiware et d'ici la fin de l'année par l'américain Inphase. La bataille d'annonces montre que cette révolution technologique est en passe d'aboutir.

 

A la clé, des capacités de stockage hallucinantes pour ce même vieux disque de 12 cm de diamètre dont l'aspect n'a pas changé depuis le lancement du CD audio dans les années 1980. Tout au plus l'holographic versatile disc (HDV) augmente-t-il son épaisseur, passant de 1,5 à 3,5 mm afin de faire place à la troisième dimension d'enregistrement.

Inphase annonce ainsi des capacités de 300 gigaoctets (milliards d'octets) pour la première génération de HDV, qui sera suivie par une gamme allant de 800 à 1 600 gigaoctets. Soit 300 fois plus d'informations stockables que sur la simple face d'un DVD actuel ! Même les nouveaux DVD haute définition (DVD-HD et Blu-ray) attendus également pour cette année ne dépassent pas les 100 gigaoctets.

Comment un hologramme peut-il servir à stocker de l'information ? "Au lieu d'enregistrer sous la forme d'une succession d'informations élémentaires (bits), l'holographie permet d'empiler des pages de données les unes sur les autres dans l'épaisseur du disque", explique Gilles Pauliat, directeur de recherche au CNRS à l'Institut d'optique d'Orsay. Les données sont enregistrées dans une multitude de volumes microscopiques. Dimensions : 200 microns de long (0,2 millimètre), 200 microns de large, 1 millimètre d'épaisseur. Chacune de ces zones contient quelques centaines de pages.

Pour lire le contenu du disque, un rayon laser séparé en deux est nécessaire : l'image est constituée par les interférences entre la partie du laser qui reste intacte et celle qui est modifiée par les informations stockées. "Grâce à l'angle du faisceau, on fait apparaître les différentes pages", indique M. Pauliat. Ce subtil mécanisme optique se révèle très sensible aux déformations du disque. Les recherches ont donc largement porté sur la stabilisation et la résistance de la matière aux changements de température, par exemple.

Les premiers produits HDV (lecteurs et disques) seront réservés aux professionnels de l'archivage. Le grand public devra sans doute attendre 2015 pour troquer les DVD haute définition pour les disques holographiques.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog