Les chauffages en terrasse dans le collimateur des Verts

  • Kitano
  • Planète
Un client fume une cigarette à une terrasse d'un café chauffée par des braseros, le 30 décembre 2007 dans le quartier des Halles à Paris.

Patrick Hertzog AFP ¦ Un client fume une cigarette à une terrasse d'un café chauffée par des braseros, le 30 décembre 2007 dans le quartier des Halles à Paris.

 
Avec la loi anti-tabac, ils se sont multiplié sur les terrasses des cafés et restaurants. Peut-être plus pour longtemps. Trois députés Verts ont déposé une proposition de loi pour interdire les chauffage extérieurs, indique

Noël Mamère, Martine Billard et Yves Cochet dénoncent une «déperdition d'énergie inadmissible» de ces braseros à gaz ou radiateurs électriques, qui ne servent qu'à «chauffer la rue».

«Il a été calculé qu'un gros réchaud à gaz brûle un kilogramme de propane à l'heure et rejette environ trois kilos de dioxyde de carbone dans le même temps», soulignent les élus dans «Le Parisien».
«Le Parisien» ce vendredi.

En février dernier, le Parlement européen, alerté sur les conséquences désastreuses de telles aberrations écologiques sur l'environnement, avait fait adopter un rapport visant à retirer du marché ces chauffages extérieurs.

Un nouveau coup dur pour les gérants de bar-tabac, brasseries et restaurants. «Nous avons joué le jeu en acceptant l'interdiction de fumer dans les lieux publics, mais maintenant ça suffit. C'est à croire qu'on veut nous empêcher de travailler», s'insurge Didier Chenet, le président du Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs dans les colonnes du quotidien.

Les fabricants de tabac montent également au créneau. Selon «Le Parisien», le président de British American Tobacco a écrit au Premier ministre François Filon pour lui dire que cette interdiction fragilisera encore plus les «250.000 lieux de convivialité» que compte la France.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog