La vie rêvée de Princesse Ann

  • Kitano
Toujours bloquée dans ses dossiers administratifs et n'ayant plus la force de me battre toute seule ni physiquement, ni moraalement, il y a quelques jours, j'ai craqué et j'ai tout raconté en pleurs à ma mère, toutes mes inquiétudes du moment et les inquiétudes du futur concernant mes problèmes administratifs.

C'est pas bien parce que jusqu'à présent, je n'avais jamais trop craqué devant mes parents, souhaitant leur épargner mon mal être en plus du fait de m'avoir plus ou moins à leur charge et régulièrement sous leur toit .

Me voyant craquer et ne sachant plus quoi faire, ma mère a décidé de demander de l'aide à l'une de ses vieilles amies qui adore se charger des problèmes administratifs et qui ne supporte pas les injustices et qui en plus aime bien s'occuper des gens qui craquent parce qu'ils sont en conflits avec l'administration.

Alors j'ai décidé d'aider cette personne et de la laisser s'occuper de mon cas et c'est en sa compagnie que je ne suis rendue à la sécurité sociale.

Je dois dire que sa présence m'a beaucoup aidé car je n'ai pas eu grâce à elle à faire d'effort pour m'exprimer en mettant les mots dans le bon ordre et a essayer de faire des vraies phrases avec des vrais mots qui existent, ni a devoir retenir tout ce qu'on allait me dire et être capable de m'en souvenir une fois sortie.

Elle a parlé à ma place, elle a retenu à ma place et elle s'occupe de tout à ma place.

Nous sommes ressortis avec un certificat médical en moins que nous avons laissé là-bas afin que le médecin conseil puisse me convoquer dans un délai de moins de deux mois...

Le but de cette action est de demander une invalidité car tant que je suis encore une demandeuse d'emploi, il s'avère que je dois encore avoir des droits ouverts à l'invalidité et que ça serait plus interressant à long terme que de toucher l'allocation adulte handicapé de la cotorep.
l'invalidité donnant des droits pour la retraite et me permettant parfois de traviller un peu , c'est à dire que si je veux ponctuellement donner des cours où si un jour je suis à nouveau capable de peindre, je pourrai vendre quelques dessins car cela parait compromis avec l'allocation adulte handicapé.

Affaire à suivre...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog