Crise financière : c'est grave

  • Kitano
  • Voyages

"Les marchés ont perdu tout repère"

A la Bourse de Francfort, le 10 octobre 2008.

Jean-Pierre Petit, chef économiste chez Exane BNP-Paribas, estime que les autorités sont trop lentes à réagir, qu'il y a trop d'inconnues autour du plan Paulson. Vendredi, les Bourses mondiales ont à nouveau dévissé fortement.

Le krach boursier met le G7 sous pression

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
Bleu sur noir c'est pas terriblement lisible mais je suis d'accord, je pense ....
Répondre
I
Nous sommes à la fin d'une ère économique et financière, cela n’est pas une cause politique mais celle d’un système entre la richesse réellement produite et les produits dérivés de bourses qui ont été créés.<br /> La plupart des commentaires évoqués sont aujourd'hui dépassés. Un ami américain vient de nous envoyer un graphique impressionnant. Ce graphique détonne parce qu'il rapproche le poids du marché des dérivés (abstrait et dématérialisé) de deux grandeurs bien réelles : <br /> 1. Le PIB mondial, c'est-à-dire la richesse générée par tous les pays de la planète en un an.<br /> 2. La capitalisation boursière mondiale, c'est-à-dire la valeur de toutes les actions et obligations (d'État et d'entreprises) cotées sur toutes les places, partout dans le monde.<br /> La valeur des produits dérivés est 10 fois plus importante que la richesse réelle créée par l'économie mondiale dans sa totalité et plus de 5 fois la valeur des actions et obligations cotées sur les marchés mondiaux.<br /> Le volume des marchés de produits dérivés sur les six dernières années a explosé de 500%.  <br /> Aujourd’hui, nous enregistrons une baisse généralisée des taux d'intérêts des banques centrales, le Japon en tête avec un taux actuel de 0,30%, des taux pratiquement jamais atteints, a contrario, une baisse généralisée des matières premières et principalement des métaux, les graphes des programmes informatisés sont tous dans le rouge. Ces programmes dans l'état actuel de la situation financière et économique mondiale sont obsolètes. <br /> Couvrir ses positions est une chose, faire des arbitrages en est une autre. Ce qui ne va pas, c'est le rapport démesuré de 1 à 10 entre la richesse réellement produite et les dérivés<br /> C'est l'entièreté de notre système économique qui doit être revu et principalement les instruments de bourse qui permettent à des individus ou à des sociétés de pouvoir faires des opérations et des interventions sur des marchés en n'ayant pas le capital nécessaire pour répondre de leurs engagements.<br />  <br /> achat or
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog