Ciné : LA PLANETE BLANCHE (2006)

  • Kitano
  • Films

Les films se suivent et pourraient se ressembler. Après un film  fantastique série B, le film documentaire sur l’Arctique aurait pu s’apparenter à cela lorsque l’on nous fait découvrir les fonds marins avec des créatures aux formes et couleurs fluo jamais vues.

 

Mais, pas de suspense, pas d’histoire prenante et un commentaire qui sans donner d’informations type scolaire, n’en reste pas moins ennuyeux.

 

Et pourtant, cela avait bien commencé avec la vision de deux bébés ours blanc, puis de les voir ensuite trois mois après, véritables BDP (boule de poils pour les non-initiés), peluches qui a leur seule vision ne procurent que du bonheur.

 

D’autres animaux suivront, avec des images granuleuses et surtout une absence de trame. Il semble que les deux réalisateurs aient filmés et ensuite, ont essayé de monter au mieux des images disparates, si ce n’est celui de l’écoulement du temps. On doit subir aussi une bande originale de Bruno Coulais : croisement entre la musique de la collection Ocora de Radio France et de musique indienne  pour le grand public.

 

Contrairement au film fantastique, le mal n’est pas vaincu mais le film s’adresse aux petits, aux amateurs d’ours et ceux qui veulent entendre la dernière phrase dite par Jean-louis Etienne : « avec tous ces changements, l’ours risque d’en perdre le nord ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog