Vers le baril de pétrole à 80 dollars ?

  • Kitano
  • Voyages
Mais à quel jeu de yo-yo est donc soumis le baril de pétrole ?
De 100 dollars en janvier, il est monté jusqu'à 147 dollars, mi-juillet, avant de dégringoler pour retrouver son niveau du début de l'année. Et de nombreux experts du monde pétrolier s'attendent à ce qu'il retombe sous cette barre symbolique des 100 dollars, une fois dissipée la menace que font peser les ouragans sur les installations pétrolières et gazières du golfe du Mexique (25 % de la production d'or noir des Etats-Unis).

C'est dire si le sommet des treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui sest tenu à Vienne (Autriche), est décisif. Les spéculateurs se sont en grande partie retirés du marché depuis juillet en vendant le pétrole qu'ils avaient acheté (comme on achète d'autres matières premières, des actions, des obligations ou des devises). Désormais, la poursuite de la baisse ou le maintien des prix du brut – et donc des carburants à la pompe – dépend largement de la décision de l'OPEP : réduire ou maintenir la production à son niveau actuel de 33 millions de barils par jour (sur une production mondiale de 87 millions de barils).

Une raison explique que le prix du baril – sauf récession mondiale forte et durable – ne puisse retrouver son niveau du début de la décennie (autour de 25 dollars) : les coûts de développement des projets pétroliers et gaziers. Ils ont plus que doublé depuis 2005 (prix de l'acier et des équipements, pénurie d'ingénieurs, retard des chantiers, exploration dans les régions les plus inhospitalières, normes environnementales drastiques…). Sans des prix élevés, la rentabilité des projets ne serait pas au rendez-vous.

http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2008/09/09/vers-le-baril-de-petrole-a-80-dollars_1092973_3234.html#ens_id=1057412
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog