Les chroniques du MAK

  • Kitano
  • Le Blog

L’amitié et la pensée !


On pense à l'amitié mais l'amitié ne pense pas  quand on en a besoin.

On a beau lors d'un apéritif trinqué  les yeux dans les yeux au nom de la fraternité, mais rien à faire quand  une tempête se lève. Plus d'œil, plus d'amitié, plus de regard que l'on aimerait ne serait croisé qu'un instant.

Tout disparaît pour laisser place à la solitude destructrice  de tout raisonnement rationnel et de lucidité.


Le vide, le ko se fondent un nid bien confortable dans notre cerveau. L'attente d'un signe et lourde à supposer le refuge de l'excuse mais les faits sont bien présent. On le vit, le respire et on le souffre. Bien sûr il existe  toujours la bonne pensée  présente si l'on en fait la demande, voilà, il faut le demander,  comme si cela ne suffisait pas de souffrir, il faut mendier le réconfort  comme si on devrait en être redevable pour les jours meilleurs.

A croire que la générosité du cœur existe uniquement chez ceux ou celles qui on vraiment souffert. Le plus surprenant est qu'une foi la situation rétabli, l'incompréhension plane quand, d'avoir trop encaissé, la distance change de camp, trop amère d'avoir été zappé. L'amitié du moment présent et pas un seconde de plus est bien présente mais ne dur que de le croire avant de passer à autre chose, peut êtres de moins  contraignant à gérer.


La consolation de l'intention apprivoise beaucoup de conscience car chacun à ses propres raisons d'agir de la sorte mais les conséquences sont tout autre.  Sans juger la présence ou l'absence on attend  plus de justification tant l'amertume mène parfois au mépris. Il est plus dur de supporter une panne d'amitié qu'une erreur de cœur. Car le premier participe à un équilibre environnementale, quand au deuxième une supercherie. Entre haine et colère subsiste un souvenir sans saveur ni relief. Mais comme dans toute situation il y a du positif, celui la restera l'apprentissage de la vie et ses réalité.


par Maki N' Tosh publié dans : erreur ajouter un commentaire

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
cela remue toujours au début mais cela permet d'avancer sans faux-semblant
Répondre
T
Heuuu, ouhai ben bon  le txte et beau, mais au lieu du seigneur, je v voir une psychologue qui me fait avancé comme jamais je l'ais fait depuis des deceni.......mais j'en remerci le seigneur.........:)
Répondre
T
Une nuit, j’ai eu un songe.
 
J’ai rêvé que je marchais le long d’une plage, en compagnie du Seigneur.
 
Dans le ciel apparaissaient, les unes après les autres, toutes les scènes de ma vie.
 
J’ai regardé en arrière et j’ai vu qu’à chaque scène de ma vie, il y avait deux paires de traces sur le sable:L’une était la mienne, l’autre était celle du Seigneur.
 
Ainsi nous continuions à marcher, jusqu’à ce que tousles jours de ma vie aient défilé devant moi.
 
Alors je me suis arrêté et j’ai regardé en arrière. J’ai remarqué qu’en certains endroits, il n’y avait qu’une seule paire d’empreintes, et cela correspondaitexactement avec les jours les plus difficiles de ma vie,les jours de plus grande angoisse, de plus grande peuret aussi de plus grande douleur.
 
Je l’ai donc interrogé : " Seigneur… tu m’as dit que tuétais avec moi tous les jours de ma vie et j’ai acceptéde vivre avec Toi. Mais j’ai remarqué que dans les piresmoments de ma vie, il n’y avait qu’une seule trace de pas.Je ne peux pas comprendre que tu m’aies laissé seulaux moments où j’avais le plus besoin de Toi. "
 
Et le Seigneur répondit : " Mon fils, tu m’es tellement précieux ! Je t’aime ! Je ne t’aurais jamais abandonné,pas même une seule minute !
 
Les jours où tu n’as vu qu’une seule trace de pas sur lesable, ces jours d’épreuves et de souffrances, eh bien:c’était moi qui te portais. "
Répondre
T
sans pretention , mes article tiré a 100% du vevu son exelent a mes yeux, c meme pas mon cervo qui me l'a dicter mais mes trips.
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog