RED CLIFF

  • Kitano
  • Films

Après deux films américains au succès plus que mitigé au box office (WINDTALKERS et PAYCHECK), John Woo a sûrement voulu se faire plaisir avec cette superproduction chinoise dont l’action prend naissance en 208 et met en scène une lutte pour un territoire, avec un sentiment nationaliste à rapprocher avec la sortie du film en Asie durant les Jeux Olympiques.

 

Le Premier ministre Cao Cao réussit à faire accepter, par le dernier empereur de la dynastie Han, d’aller conquérir le Sud de la Chine. Il bat facilement son ennemi qui ne peut que demander l’aide de ses anciens ennemis entraînant une nouvelle bataille pour ce Premier ministre ambitieux visant en fait à prendre le cœur de celle qui l’aime, sans que cette dernière le sache.

 

Pendant cette longue histoire, on a du mal à retrouver la touche John Woo dans un film qui commence et qui finit presque par une bataille. Lors de la seconde, on commence à être lassé par la violence bien que la stratégie (on se souvient de GLADIATEUR) soit pédagogique. Les différents personnages sont présentés avec leur caractère, caractéristiques classiques pour un tel film : les généraux sont valeureux, agiles et doués au combat dans leur spécialité.

 

L’histoire d’amitié, l’idylle naissante sont amorcées de manière douce mais on se croit dans un film en épisodes. Cela est d’autant plus vrai qu’à la fin du film apparaissent les mots suivant « to be continued » (à suivre). Après la bataille terrestre, c’est celle navale qui se prépare pour un diptyque qui devrait avoisiner les cinq heures et dont on peut avancer la fin.

 

Certes, les combats sont chorégraphiés, le scénario inclut John Woo dont on voit ses signes dans quelques scènes : colombes blanches, bougies en arrière plan dans les conversations. Tout cela est noyé dans un produit calibré plus pour le marché asiatique qu’occidental.

RED CLIFF (La bataille de la falaise rouge - titre prévisible du film) sera sûrement gagné commercialement pour John Woo mais pas pour son style.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
Je partage ton avis. Mon idée était de dire que le style John Woo était bien peu présent.
Répondre
L
Je viens de le voir en VO sous titré Fr. C'est vrai que les batailles sont un peu , comment dire, facile pour les gentils. 1 contre 50 et ca arrive plusieurs fois. POurtant, les relations entre personnages sont bien montées, et je trouve que l'esprits valeureux des asiatiques y est tres bien mis en valeurs.Le plus dur.....la fin!!!!! Et oui, plutot brutal quand on s'y attend pas....To be continued
Répondre
K
merci je supprime le comm !
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog