La chronique du Mak : Les chaises sont-elles chères ?

  • Kitano
  • Le Blog

Depuis longtemps le monde que nous offraient les vieux nous étouffait. Cet air irrespirable dans lequel on nous bassinait le présent et l’avenir avec du passé.

Depuis longtemps on constatait qu’ils étaient impuissant à refaire le monde et à nous comprendre , que c’étaient de gros égoïstes qui ne pensaient qu’à leur petit confort.


Ils nous accusaient de faineantise pensant qu’a rêver au dehors de la réalité qu’ils vivaient et dans laquelle il désiraient nous entraîner, et dans laquelle nous ne voulions pas entrer.


Nous n’étions jamais assimilés au mot sérieux ou équilibré , car notre jeunesse n’avait de reflet que notre vitrine mais pas se qui se trouvais dans l’arrière boutique.


On comptait sur nous pour les études, car c’est un moyen de briller en société enfin d’animer leurs soirées mornes entre amis ce qui va de paire avec le travail , la maison, et la politique.


La catastrophe était de ne pas avoir un horizon prometteur comme nos « concurrents » plus directes ,les germains ou les voisins. Voisins qui par leur regard à la limite méprisant nous annonçaient la couleur de leur pensées pour ne pas exprimer leur pitié et germains qui, en comprenant pas toujours la situation, constataient bien quelques différences d’existence
ou de principe.


L’orgueil de chacun allait bon train , les uns protègent leur faiblesse à grands coups d’extraversion éloquente, les autres assument leur silence non moins communicatif reflet de pitié ou de respect.


La révolution des genre étant, chacun demeura sur les positions d’un passé poussiéreux de stupidité périmé , oui la poussière du stupide existe, est tenace.


Car dans se domaine on nettoie pas, on entretient, on justifie , et parfois même on alimente.
C’est probablement là que les grands secrets naissent d’un ventre plein de vide.
article écrit en l'écoute de Buddha-Bar III
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
K
Mais tu es un artiste mon Cher Mak !
Répondre
T
le plus formidable est que je ne me rappel plus pourquoi j'ais écri cette article mais se que je sais est que  si  ct a efair j'écrirais le meme........
Répondre
K
c'est toujours etrange de se lire ou relire. Comme si entre ecriture et lecture - avec le temps ecoule - la personne n'est plus la meme mais se reconnait dans les, dans ses idees !Le plus drole, cela va etre l'annee prochaine lorsque tu vas te relire au mois d'aout. La programmation en fin de week-end est prevue a moins qu'elle ne soit journaliere.
Répondre
T
et bien! je suis surpris de me relir près d'un an apres l'avoir écrit. comme je l'aime cet article...........lollll
Répondre
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog