Je crois que le niveau actuel est le maximum supportable.
Car si le baril continue à grimper, la demande mondiale va s’étrangler et du coup se tasser, et un équilibre va être retrouvé.

Ex-président de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), Pierre Radanne prône un système de taxation à contre-cycle qui permettrait de faire face aux flambées du pétrole.

Retour à l'accueil