Toute l'Angleterre compte sur Jonny Wilkinson

  • Kitano
Comme une histoire sans fin qui recommencerait en boucle, le parcours de Jonny Wilkinson est fait de répétitions. Lui, le sauveur de toute l'Angleterre en 2003 qui, par un drop à la dernière minute contre l'Australie, avait donné le titre mondial à son pays, se retrouve à nouveau en finale de la Coupe du monde.

Et encore une fois, toute l'Angleterre compte sur "son" Jonny pour aider "son" équipe à l'emporter par ses coups de pied de métronome contre l'Afrique du Sud, samedi 20 octobre, comme il l'a fait en quarts de finale contre l'Australie - à nouveau -, et contre la France en demi-finale. Star au profil réservé et bourreau de travail, le demi d'ouverture anglais, 28 ans et 64 sélections, est au rendez-vous, malgré les pépins de santé et les tâtonnements de son équipe au cours des deux dernières années.

Jonny Wilkinson, le 18 août à Marseille. | REUTERS/CHARLES PLATIAU

 

REUTERS/CHARLES PLATIAU
Jonny Wilkinson, le 18 août à Marseille.

 

Entre ces deux finales de Coupe du monde, Jonny Wilkinson a traversé son purgatoire. Une dizaine de blessures l'ont régulièrement tenu éloigné des terrains. Sans tomber dans les frasques de footballeur se perdant dans l'alcool ou de pop star détruisant leur chambre d'hôtel, il a travaillé inlassablement à retrouver la forme. Puis, il s'est remis à l'ouvrage, avalant sans broncher les heures d'entraînement, à taper le ballon de tous les coins du terrain. Ce passage à vide semble l'avoir rendu plus philosophe. "Cela m'a donné l'occasion de prendre du recul pour avoir une meilleure vue du jeu et un meilleur contrôle de mes émotions", raconte-t-il.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog