Arménie : Le gouvernement veut diminuer les achats en liquide

  • Kitano
  • Arménia

Les autorités vont commencer à appliquer le mois prochain de sérieuses restrictions sur les paiements en espèces dans le pays, dans le cadre de leur lutte contre l’évasion fiscale.

Un projet de loi approuvé par le Parlement au début de l’année impose aux entreprises privées et aux entrepreneurs individuels d’effectuer des transactions d’une valeur supérieure à 300 000 drams (700 dollars) uniquement par le biais du système bancaire.

Pour les autres citoyens, la limite est fixée à 500 000 drams. Mais elle sera ramenée à 300 000 drams en juillet 2023.

La loi, qui entrera en vigueur le 1er juillet, interdit également aux agences gouvernementales locales et centrales d’effectuer ou d’accepter tout paiement en espèces.

Elle prévoit une interdiction similaire, bien que progressive, du paiement de tous les frais d’inscription à des cours de médecine et d’éducation, ainsi que des salaires du secteur privé. L’interdiction s’appliquera d’abord à Erevan et sera étendue aux autres régions d’Arménie au cours des deux prochaines années.

Le Premier ministre a vanté l’entrée en vigueur imminente de ces restrictions lors d’une réunion du cabinet la semaine dernière. Il a déclaré que son gouvernement allait également interdire les paiements en espèces pour les biens immobiliers et les voitures.

Le chef du Comité des recettes de l’État (SRC), Rustam Badasian, a confirmé que ces mesures visent à réduire le secteur informel, toujours important, de l’économie arménienne. Elles entraîneront une « certaine augmentation des recettes fiscales », a-t-il déclaré sans faire de projections financières concrètes.

Les données de la Banque centrale citées par Gevorgian montrent que les paiements effectués en Arménie par virement bancaire, chèque et carte de crédit ou de débit ont régulièrement augmenté au cours des 12 dernières années. Pourtant, ils ne représentaient qu’un quart de toutes les transactions l’année dernière.

Les vendeurs de voitures individuelles sont également inquiets. Comme l’explique l’un d’entre eux, Tigran Hovannisian, « Nous allons avoir des litiges avec les acheteurs. Un acheteur dira ’je ne transférerai pas l’argent tant que vous n’aurez pas enregistré la voiture à mon nom’, tandis que je dirai ’je ne l’enregistrerai pas à votre nom tant que vous n’aurez pas transféré l’argent’. »

On s’interroge également sur la capacité des autorités à faire appliquer les nouvelles règles dans les transactions automobiles et immobilières. Les agents immobiliers préviennent que les acheteurs et les vendeurs de maisons peuvent formaliser leurs transactions comme des dons gratuits, mais les réaliser en espèces pour échapper aux impôts.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog