BALI 10 : La tête dans les étoiles

  • Kitano
  • Voyages

Le long trajet commence pour mon dixième voyage à Bali.

Peut-être le dernier : billet en augmentation constante, les prix à Bali, envie de proposer d’autres voyages aux enfants sans passer par la case vol d’avions.

Des avions, on va en prendre trois !

Commençons par le début.

On quitte la maison vers 9h, gare, Ouibus  à l’heure (départ 9h59 au lieu de 10h, pas la peine d’être présent un quart d’heure avant). Je vais sûrement intenter une action en justice contre Ouibus pour un bon d’achat non activité mais cela fera l’objet d’un autre article si j’en ai le temps.

L’horaire de deux heures est respecté pour arriver à Lyon St-Exupéry. On aurait mis 12 minutes de plus pour aller à Gare de Lyon et ¾ h de plus pour Roissy. Vu les horaires et vu la présence à l’avance affichée pour prendre les avions, on se refait l’attente de 6heures comme l’an dernier. C’est un problème pour nous qui sommes en région, il faut et que les horaires d’avion aller comme retour conviennent mais aussi notre déplacement.

Ce départ était le point délicat de notre voyage … il y en aura d’autres, indépendants de notre volonté !

Notre avion décollant à 18h20, on pouvait penser que les guichets ouvriraient 4 heures avant, après notre repas pris dans l’aéroport …. Que nenni !

Vers 15 heures, le guichet s’affiche, on est les troisièmes … mais juste avant, une personne faisait la remarque que l’avion provenant d’Istanbul avait du retard … donc notre vol aurait du retard. Elle ne s’était pas trompé ! Alors que j’avais pensé que les guichets ouvriraient vers 14h20, c’est deux heures plus tard que cela va se passer … et ce n’est pas terminé !

La fille aux guichets regarde nos billets et me dit qu’avec une arrivée le 17 juillet et un départ le 15 août, j’ai besoin d’un visa, je lui réponds que non en lui disant que du 17 juillet au 15 août, il y a bien 30 jours. Elles comptent et dit que j’ai raison. Ma valise fait 28 kg, on a droit à 30. La valise des enfants (une spiderman et un trukki) ne dépasse pas les 4 kg ! On garde tout de même la poussette.

17 heures arrivent. Le match va commencer. Votre match enfin nôtre match mais je dois avouer que je n’ai pas bien suivi, que je n’ai même pas suivi du tout. Avant cette coupe du monde, je ne connaissais aucun nom des joueurs ! Je n’ai vu la tête de Griezmann que sur la couverture du ELLE où il posait avec la mannequin Natalia Vodianova. C’est plus elle que j’ai regardé !

Nous sommes dans le grand hall qui mène à la porte C. J’ai les billets jusqu’à Jakarta, ensuite il faut que je me dirige vers la compagnie Turkish ou Garuda (cela n’est pas clair selon les interlocuteurs !). Les bagages nous suivront jusqu’à Denpasar, j’ai posé la question à l’agence qui a demandé par mail à a compagnie (ils ne répondent pas au téléphone).

Je voulais monter à la porte C mais ma compagne me dit qu’elle préfère vu le temps que l’on a à attendre soit plus de deux heures rester. D’accord. Dans un bar, il y a un écran qui retransmet le match. J’y amène mon aîné de 6 ans qui suit de loin mais qui suit la coupe du monde (je l’ai emmené voir la demi-finale sur écran géant dans un gymnase avec 1 500 personnes). Et là, penalty !

Penalty pour nous, Griezmann (encore lui !) … mais la suite vous la connaissez. Clameur dans le bar. 35 minutes plus encore une clameur ! Mon fils est content mais ce qu’il se passe dans le hall l’est moins.

L’ascenseur permettant de monter à la porte C est bloqué par un employé, l’escalator et les escaliers aussi, au moins 200 personnes attendent ! L’explication viendra d’un employé qui parle le français, l’arabe et l’anglais. Une succession de retards fait que les halls sont remplis de gens donc ils font les gens au fur et à mesure des départs en disant qu’aucun avion ne partira sans ses passagers enfin sauf des anglais qui regardent le match et que l’on doit venir chercher ! Les vols Casablanca, Oran, Londres … et d’autres dont le nôtre seront appelés. Notre vol aura une heure de retard au décollage. Avant de rentrer dans l’avion, une femme russe me demande si l’on va bientôt partir, je la rassure. A côte de nous, il y a un monsieur de couleur qui regarde le match sur son portable, une dame lui demande s’il peut suivre avec lui et une personne vient en disant « je suis anglais mais ma copine est française ! ». On compte les minutes, les arrêts de jeu et chez vous, c’est plus qu’une clameur, une déferlante … mais nous, on ne le sait pas.

La France a une deuxième étoile sur son maillot et mon aîné une cinquième étoile avec ce nouveau voyage à Bali.

Nous montons dans l’avion, trois heures de vol, direction Istanbul.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog