BALI 9 : DENT POUR DENT

  • Kitano

Nawill a mal aux dents. Il n’était pas pas là aujourd’hui et hier on s’est croisés car je suis allé au cinéma et au retour, il était rentré. Il m’avait dit la veille que pour se faire refaire 4 dents, il lui en coûterait 3 millions de roupies non remboursés, ce qui équivaudrait à environ deux mois de salaire. En France, un étudiant sur quatre renonce à des frais médicaux par manque d’argent.

On va bientôt manger corréen, un restaurant s’est ouvert juste dans la rue de la sortie de notre rue de l’hôtel. Mais en attendant, on retourne manger chez nos musulmanes préférées avec un large choix à midi à prix défiant la concurrence, jusqu’à présent. Cela serait moins vrai plus tard. Avertissement, il faut aimer manger pimenté.

C’est étrange mais dans le journal Le Monde que j’ai eu dans l’avion grâce à mon statut de famille, il y avait un entretien de Kyle MacLachlan, l’inspecteur Dale Cooper dans la série Twin Peaks. Interviews à la chaîne pour lui cadencés à 20 minutes. Y aurait-il une malédiction chez les acteurs de David Lynch car mis à part l’actrice blonde dans Mulholand Drive aucun jeune acteur n’a émergé. En donnant un tshirt de Maurice Béjart à Wayan, j’ai été étonné que celui-ci le connaisse. Il me dit qu’il y a un chorégraphe ou danseur italien qui vit à Ubud.

Aujourd’hui, beaucoup de surfeurs mais au Poste 1 (début de la Pantaï Kuta) les lifeguards font respecter la règle des drapeaux. Certes, ils sont nombreux mais la règle est respectée. Lorsque je les remercie, un des leurs me répond « it’s my job ». Visiblement pas le job de ceux de la Jalan Benesari que l’on ne voit pas certains jours. Heureusement, fin juillet, il y a plus de nageurs et je peux continuer à faire la police entre les deux drapeaux

 

On voit le scooter des mers partir et revenir avec un surf cassé en deux. Le souci du scooter des mers, c’est qu’il est sur un châssis avec des roues, qu’il est plus facile de mettre à l’eau que de remettre sur le sable et dans son garage. J’aide donc naturellement les lifeguards à remonter la machine d’autant plus qu’une des roues bloque sur les sable. Un autre touriste vient après l’appel d’un des lifeguards. On doit bien être huit à pousser. Mes enfants sont venus aussi en secours. On entend de la part d’un des sauveteurs « pouche, pouche, pouchons » et cette phrase que mon aîné a retenu (en français dans le texte) « c’est parti mon kiki ! ».

Pas de pluie cette année au poste 1, comme cela c’était passé l’an dernier (la première fois que je voyais la pluie sur la plage) mais des températures en baisse de 3 à 5 degrés. Cela sera un fait marquant de cette année : je vais avoir froid sur la plage !

On a un nouveau voisin russe qui reste discret, d’ailleurs comme tous les russes qui sont dans les bungalows de l’école de surf ; on en a aussi un nouveau à l’étage. Il est grand, discret, des cheveux blancs mais par forcément âgé. Il nous salue souvent. Je me demande si je ne l’ai pas vu monter avec une indonésienne.

J’allais oublier d’écrire que le manager du Komala a été lamentable au petit déjeuner : il a choisi les verres les plus petits pour le thé et le café sans compter que notre jaffle à la confiture ne devait contenir qu’une seule petite cuillère de confiture (la moins chère, celle indonésienne qui doit d’abord contenir du sucre). Ils augmentent les prix de 20% et ils diminuent les rations. Mauvais point pour l’année prochaine. Même si le Komala 2 n’a jamais été connu pour son breakfast, il y a quand même un minimum, même si l’on ne veut pas dévorer un dinosaure le matin.

J’ai donné un tube de crème de marron et des lunettes pour enfants à Nyoman, l’autre employé survivant de l’équipe du Komala. Ce qui est gênant c’est qu’il a un garçon de 7 ans et une fille d’un an, ce qui ne cadre pas avec les vêtements de mes garçons.

J’ai reçu un mail de la fille de Teache A qui est à Bali, à Kuta mais que l’on ne verra pas. Celui que je vais croiser au Komala est un espagnol qui vient en Indonésie faire un reportage sur les Komodo, partir en Papouasie et trouver une tribu qui vit dans l’eau. Je ne sais pas pourquoi il est venu me voir en me disant que je connaissais bien Bali et qu’il avait besoin de conseils. Il voulait savoir si l’on pouvait conduire plus de 4 heures en scooter . Je l’ai rassuré en lui disant qu’il valait mieux conduire le matin et s’il était fatigué prendre une boisson énergisante et des protéines avec du lait de soja. Il est photographe pour EL PAIS.

Mon ainé me dit qu’il a une dent qui bouge, mon tout petit me dit qu’il a mal à la gorge. Je lui réponds alors qu’il ne pourra pas manger de glace. Il me dit alors qu’il n’a plus mal à la gorge du tout !  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog