BALI : HANA BI

  • Kitano
  • Voyages

7h00 Réveil avant le réveil. La journée va être longue, très longue et surtout on ne va pas dormir dans un lit avant le 16 juillet. Nous sommes le 14.

Bon, je triche un peu car, notre arrivée à Bali est prévue pour le 16 juillet à 00h30. Cela nous fait donc gagner un jour sur le visa, si par exemple on était arrivés le 15 à 23h00 avec un tampon datait du 15 ; car pour être dispensé de visa, il ne faut pas que le voyage dure plus de 30 jours.

Dernière inspection de la maison, j’éteins les appareils en veille, je regarde les tomates que je ne mangerai pas mais qui avec plaisir seront mangées par d’autres. Cette année, je ne sais pourquoi, j’ai réussi avec les tomates, plus d’une centaine sur une dizaine de plants.

9h30 Notre ami chauffeur est présent comme l’année précédente pour nous accompagner. Dans une C2, on peut mettre 2 grandes valises, 5 personnes, 6 sacs et une poussette. Serré surtout à l’arrière.

13h Terminal 2, Roissy. On a le temps, notre avion ne décolle qu’à 21h20. Les billets de train mis en vente longtemps à l’avance ne me laissait que l’alternative d’arriver soit très tôt, soit trop tard en cas de retard du train. Sinon, il y avait l’option Gare de Lyon mais avec toutes nos valises, on aurait dû aller à Chatelet pour prendre le Rer. Avec des enfants et chargé de la sorte, il faut faire direct.

Je vais avoir le loisir d’acheter mes billets de Rer (on  doit écrire STIF dorénavant) pour le retour qui sera de … Gare de Lyon ! Car on va arriver trop tard pour le dernier tTgv direct de l’aéroport. Là aussi, j’ai  du prendre une décision : j’avais le choix entre un Tgv qu’il est possible d’avoir mais en flux tendu ou un Tgv deux heures plus tard. J’ai pris le risque, celui que l’avion soit en retard et que le passage de la douane et l’arrivée de nos bagages se fasse en plus d’une heure. On a 90 minutes maximum pour passer la douane et avoir nos bagages. L’an dernier, sur un vol A380, il nous a fallu une heure.

17h L’enregistrement commence … celui de la Korean Air mais de la China Eastern. Vu nos vols, cela devrait être dans 20 minutes. J’ai lu des commentaires sur cette compagnie aérienne : c’était la moyenne avec bien entendu des commentaires négatifs. Je vous donnerai mon avis dans deux jours … enfin un peu moins en heures.

17h20 Le comptoir ouvre. Ce qui m’a marqué c’est l’arrivée d’une batterie de bornes où l’on peut avoir sa carte d’embarquement et son étiquette pour les bagages. Je pense que s’enregistrer va prendre de moins en moins de temps … sauf pour les familles ! J’ai eu mes cartes d’embarquement mais la machine ne veut pas me donner les étiquettes. Je pense que la raison est la correspondance.

La jeune femme au comptoir qui nous accueille est accueillante. Je commence par peser les valises (Spiderman et une marque dont j’ai oublié le nom mais que l’on voyait dans le dernier film de Jia Zang Ke, une valise en forme de tigre où l’on peut s’asseoir dessus et la faire avancer grâce à ses quatre roues), moins de 5 kg chaque, puis celle de ma compagne que j’avais pesé à 22.7 kg et qui affichera après ce chiffre, 23 kg. La mienne, je l’annonce à 23.4 kg et elle affiche 23.4 kg. Pourquoi parler de cela ? A cause de mon ami Fred qui lors d’un voyage, alors qu’il quittait la France, a dû jeter l’excédent de nourriture ( !). Je discute de cela avec l’agent et elle me dit que cela dépend d’elle. Je me souviens que lors de mon dernier voyage seul, la femme Bali,  m’avait demandé de mettre ma valise en cabine sur celle de ma valise en soute. C’est un classique, lorsque l’on vous permet 8 kg, on en met 11. Mais avec les chinois, ce n’est plus que 5 kg soit un ordinateur et des livres.

Lors du passage en douanes, la femme me dit « mais, c’est le petit que j’ai vu courir dans le hall ». Je lui réponds « oui, je lui courrais après », elle me réplique « oui, j’ai bien remarqué ! ».

En attendant l’avion, dans le hall d’embarquement, une femme asiatique d’un certain âge en voyant mon petit dit « handsome, wonderful ! ». Du classique pour une dernière année de voyage. Cela s’est calmé pour l’aîné, le record restera à 17 personnes autour d’eux lors du premier voyage à quatre !

 

21h Alors que nous étions dans la file d’attente pour un embarquement annoncé à 20h35, une femme arrive en nous disant que cela n’est pas la peine, qu’il faudra attendre. Précédemment, j’avais demandé si avec des enfants, je pouvais me mettre dans la file « Sky priority » car j’ai des enfants et elle m’avait répondu : « Non ». Là, je vois une femme qui remet sa poussette à une agent, j’y vais, je fais de même et me met dans la file Sky Priority. Oui, c’est une file qui a – dans un ordre défini – toutes les classes sauf celle économique. Il existe trois classes économiques : économique premium, économique flex et la mienne, celle des moins riches ou des moins dépensiers.

On entre enfin dans l’avion, j’en profite pour prendre de la lecture non pendant le voyage mais pour Bali : Le monde, Courrier international, Les échos et Libération. Le Figaro, j’ai pas pu !

23h On va enfin décoller. Un homme est arrivé avec un bagage. En fait, ils avaient son bagage en soute et pas lui. 1h40 de retard. On avait 3h de marge à l’origine. Dans ce cas, ils mettent en place des solutions comme par exemple venir nous chercher en voiturette pour aller plus vite à l’autre Terminal ; on a déjà vécu cela. Pas de stress.

La voix qui résonne dit qu’elle nous remercie de notre patience. L’avion décolle enfin et je découvre la ville de lumière de très haut, en voyant en deux points des feux d’artifice.

Hana bi en japonais. Vous aurez l’opportunité de revoir ou de découvrir ce film en version restaurée au mois d’août. Le XXe siècle a fini par le japonais Takeshi Kitano, le XXIe a commencé par LE NOUVEAU MONDE de l’américain Terrence Malick qui fera encore mieux avec THE TREE OF LIFE. Deux chocs esthétiques qui méritent le classement dans la liste des chefs d’œuvre. On peut écrire qu’ils n’ont jamais fait mieux.

Mais je m’égare et vous donne rendez-vous demain à … Shangaï.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog