BALI 7 : le retour

  • Kitano
  • Voyages

Résumé : 13h50 au revoir Kuta, 19h30 avion, 23h15 départ de Singapour.

 

Tout se passera bien durant ces 13 heures. L’aîné va s’écrouler après quelques minutes de vidéo et le tout petit aussi sur le ventre de sa maman. On n’a pas les places de devant. Je n’ai pas réservé car on ne pouvait être ensemble vu les places réservées pour d’autres enfants. Et il y en a, au moins trois dont un français. Je regarderai deux films (Tomorrowland et Divergente), tous les deux trop longs et facilement oubliables. Je vais arriver à dormir mais pas à me faire comprendre pour le plateau repas : au lieu de comprendre le même plateau pour ma compagne, le steward comprend un plateau pour deux. Cela ne gêne vu que l’aîné a un plateau qu’il ne touchera pas. Le gâteau au chocolat avec l’air bon mais cela n’était qu’une image. La malédiction du piment va continuer avec un plat au bœuf pimenté !

La dernière heure pour mes enfants ne sera pas facile mais ils auront eu une excellente tenue. Je prends mon tout petit pour le faire marcher dans l’allée. Il voudrait aller en première classe mais je lui fais faire demi-tour. Je n’ai pas pensé à lui dire que c’était trop dangereux de ce côté-là !

 

On arrive loin de mes craintes à Londres 15 minutes avant l’horaire prévu. Enfin, lorsque les roues de l’avion touchent le sol car avant de pouvoir sortir, il doit bien être 5h30. On quitte le Terminal 5 pour chercher le bus qui nous emmènera vers le Terminal 3. Il faut marcher pendant un certain temps.  Comme il est tôt, pas de problème de file d’attente pour prendre le bus qui arrive. Tout est parfait. Maintenant, c’est le côté folklorique britannique avec le passage de la sécurité. C’est comme à l’aller mais en moins pire. On doit sortir tous les liquides, les mettre dans un bac, idem pour la nourriture, les objets électroniques. Ma compagne ne peut passer avec le tout petit dans le portique. Je ne sais s’ils ont contrôlé la nourriture dans leur « four » à molécule. Je pense que les mesures de sécurité sont moindres car nous n’avons pas un vol international comme ce fut le cas au Terminal 5.

On m’a raconté que même prendre des photos est interdit et que l’on peut vous demander d’effacer les photos alors que sur Youtube, il doit exister nombre de films sur les déambulations des passagers.

 

On arrive à la porte voulue et on a le temps d’attendre. Si l’avion était arrivé à 5h30 ou pire avec du retard on ratait tout simplement notre correspondance. Ils auraient eu la réponse suivante : prenez le suivant … à 16h !

 

Départ à l’heure et arrivée 1h30 plus tard à Lyon, après un dernier sandwich pas bon. Nos bagages arrivent … mais pas la poussette ! Sur le tapis roulant, il n’y a que 4 valises et dans l’aire des valises, il n’y a que nous ! Direction le service des objets en attente. La réponse arrive vite : la poussette arrivera lors du prochain vol à 18h30. Me voici avec deux enfants, deux valises de 22 kg, un sac de 10 kg, une sacoche contenant l’ordinateur et le sac pour les enfants ! Merci la British.

 

Heureusement qu’il y a des chariots … mais il faut mettre une pièce d’un euro que l’on n’a pas ! Merci l’aéroport de Lyon ! Bien sûr, il y a un distributeur de jetons mais ce dernier est hors service. Nul !

Il nous reste une pièce de 200 roupies mais celle-ci est trop grande. Par chance, celle de 100 passe. Sauvé. Direction le tramway. Avec le retard pris par l’attente de la poussette, on va rater au moins deux trams donc 30 minutes. Je vois en arrivant le dernier wagon du tram qui s’en va, c’est encore plus râlant. Deux tramway de rater mais aussi un train cadencé toutes les heures. Il y aurait eu la possibilité de prendre un tgv mais celui-ci ne nous aurait pas amené au centre-ville.

 

Il nous reste encore un bus et de la marche. Dans le train, je remarque que certains aiment mettre leur sac sur le siège à côté d’eux au lieu de libérer la place. On est en France ! J’ai même vu, une femme avec une poussette pour ses jumeaux (garçon et fille) demander à un jeune de se lever son siège près des portes pour pouvoir sortir !

De retour dans ma ville, je vais un tout petit détour pour prendre un programme de cinéma qui nous fait rater de 20 minutes le bus ! Il fait chaud et on commence à être fatigués. Dans le bus, je n’appuie pas assez fort sur le bouton (je prends rarement le bus et aujourd’hui nous sommes les seuls dans le bus ) et on rate notre arrêt. Deux minutes de marche en plus, en plus des cinq pour arriver à la maison.

Départ jeudi 13h50, retour vendredi 13h50 avec 6 heures de décalage … soit 30 heures de trajet.

 

Les enfants vont vite retrouver leurs marques et leurs jouets. Mon tout petit prend la vieille voiture à pédale, son grand frère prend la sienne. Ils sont contents d’être ici et de retrouver leurs peluches. Le jardin a été asséché par la température, c’est presque un massacre. Les plantes intérieures ont été trop arrosées !

 

Passage en revue du courrier, rangement de la valise et découverte de nourriture que l’ami Teache A a préparé pour nous ! Ce soir otut le monde va facilement s’endormir, sauf moi qui écrit ces lignes.

 

Il faut que je décroche, un dernier billet demain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog