Bali 7 : le retour de Fred

Publié le 3 Août 2015

Il est revenu, il est là, certes à Sumatra mais il est là.
Ce soir, grand moment de plaisir et d’émotion d’avoir une conversation téléphonique avec Fred.

Fred est à Sumatra pour un mois. Fred, pour ceux qui n’aurait pas suivi les saisons passées, c’est un voyageur international, qui n’a pas besoin de guide. Fred, c’est l’esprit français, le bon esprit et le vrai baroudeur. Avec lui, j’ai vécu l’une de mes plus périlleuses aventures dans mes voyages. C’était le Kawa Ijen (exploitation de souffre, cela ressemble  à une carrière avec un lac d’acide chlorhydrique).
 Pour résumer car j’ai dû programmer maintes fois cette article, en moto, on a pris le chemin le plus court, par la forêt,
 mentionné comme « impraticable » par le Lonely planet. Cela n’a pas été facile. Je me souviens encore de Fred devant qui perd une bouteille d’eau, pas possible qu’il s’arrête, cela montait trop. Lorsque je suis arrivé au sommet, je viens à son niveau et je lui tends sa bouteille ; je n’avais qu’une tentative pour la récupérer. Nous sommes ensuite descendus au niveau zéro du Kawa Ijen, c’est dangereux car un coup de vent et arrive vers vous un nuage de souffre. Ce qui est dangereux, c’est qu’il  a de l’acide sous forme d’eau. Et bien sûr, il y eut un coup de vent mais Fred avait prévu les masques avec cartouche. Depuis quelques années, il n’est plus possible de descendre à ce niveau zéro.
Les aventures de Fred continue en cette année. Il arrive à Kuala Lumpur, prend un avion pour Sumatra et au poste de douanes, on lui demande ce qu’il va faire. Il répond qu’il va voir des amis. A cet instant, l’employé lui dit qu’il faut qu’il paye le visa – qui est gratuit pour moins de 30 jours pour les français. Comme il parle indonésien, il lui rappelle la nouvelle législation, mais ce dernier s’énerve et voilà Fred dans le bureau du chef de l’immigration. L’employé dit à son chef de prendre garde car Fred comprend l’indonésien. Ce que Fred ne manquera pas de rappeler au chef. Voici donc l’explication : si vous venez en Indonésie dans un hôtel, avec une adresse, pas besoin de visa sinon vous devez payer. Après discussion, c’est le chef qui lui donne l’astuce et Fred a le tampon sur son passeport.
Après cette arrivée, il prend un taxi direction ses amis. Deux heures de route. Le taxi lui dit qu’il va prendre des raccourcis, autrement dit la piste, car en période de ramadan il  y a des embouteillages. Les voici donc sur la piste. Au bout d’un certain nombre de kilomètres, un bruit. Un pneu a éclaté. C’est Fred qui va changer la roue. Ils poursuivent leur chemin et quelques kilomètres plus loin, nouveau bruit familier, un autre pneu a éclaté. Cette fois, c’est sur la jante qu’ils vont arriver au premier garage. Maintenant Fred est arrivé et peut reprendre ses séances de vtt dans la jungle, au minimum 30 kilomètres.

Ce matin, repérage des hôtels. On a commencé par le plus près, le Lusa. Retour aux sources, aux origines. Les avantages : proche du Komala donc proche de la plage, chambre propre avec un grand lit et un petit, la piscine pour les enfants, un safety box et trois petits vrais déjeuners (thé, salade de fruits, jaffle). Seul inconvénient : le prix (380 000 roupies, pour mémoire on paye 150 000 au Komala). Ensuite, direction le Pop. Il faut poursuivre la longue rue et prendre la première à gauche. C’est propre, c’est climatisé, il y a des ordinateurs pour Internet mais le petit déjeuner n’est pas compris et c’est pour des chambre de deux car soit il y a un grand lit, soit deux petits (319 000 roupies). Idéal pour un couple ou deux amis. Inconvénient : on dirait que l’on est dans un hôtel formule 1. On va faire un tour du côté du gang Senen, la solution de repli dans mes plans. 100 000 pour une chambre mais il nous faudrait un lit supplémentaire et ils n’ont pas de lit supplémentaire, pas de safety box (à l’époque – je n’ai pas redemandé), le petit déjeuner se résume à une tasse de thé. La décision est prise, on ira au Lusa lors de la dernière semaine. Je vais bientôt faire le change pour régler et le Komala en avance et faire un deposit pour le Lusa.
Enn parlant argent, notre devise a pris de la valeur, la barre des 15 000 roupies est largement dépassée chez les marchands avec commission (15 300) sinon on est à 14 700. Pour mémoire, lorsque l’on est arrivé en jour de fête, le change s’établissait à 14 200. Sur un voyage, cela peut faire un million de roupies en plus si le taux se maintient.
Mon aîné alors que j’étais en repérage pour les horaires de films pour le cinéma, a décidé de faire caca dans le jardin du Komala, comme cela, naturellement ; alors que bien entendu, il aurait pu le faire aux toilettes. C’est comme à la plage, cela ne le gêne pas de baisser son maillot et de faire pipi !
J’ai repris mon rôle de police des drapeaux en avertissant cinq surfeurs. Un des lifeguard aime bien mon aîné qui se borne à tourner la tête lorsqu’on lui parle. On a changé nos horaires, on est partis plus tôt à la plage pour revenir plus tôt à la maison, prendre une douche et assister au coucher du soleil. On est arrivés juste à temps pour les dernières minutes de soleil couchant. Le soleil commence à se coucher vers 18 heures et vers 18h15, c’est terminé.
Je commence à souffrir de ma jambe droite, un tendon, une tendinite. J’ai ressenti cela de plus en plus, surtout le soir. Je commence à traîner le pied. Cela ne m’a pas empêché de retrouver les fortes vagues mais pas longtemps, mon créneau horaire avec les enfants m’empêchant de me libérer comme je voudrais.
Une journée presque comme les autres avec une conversation téléphonique pas comme les autres avec pour sujet la mort subite et accidentelle de deux êtres chers. Reste en moi cette pancarte, cette formule, ce slogan qui résume Bali : we can’t stop the waves but we can learn to surf. Célébrons encore plus la vie avec les vivants.

Rédigé par Kitano

Publié dans #Voyages

Repost 0
Commenter cet article

Teache A 04/08/2015 17:01

Le grand soir de Fred ! He's back ...

Kitano 06/08/2015 16:14

oui Fred les bons tuyaux ! je vais essayer de lui reserver trois chambres dans notre futur hotel pour ... decembre !!

Teache A 04/08/2015 00:58

Bon on vous sent en "vitesse de croisière " seuls quelques moustiques semblent prendre plaisir à vous taquiner .... et puis un rat mort est .... Mort L'espère que la nourriture qu'il partage sans doute avec vous n'est pas en cause ...ou est-ce un rat de laboratoire qui s'est échappé .... L'expérimentation animale est très controversé .... Je ne pense pas qu'il sera autopsié ... Tant pis pour ce rat

Teache A 04/08/2015 00:58

Bon on vous sent en "vitesse de croisière " seuls quelques moustiques semblent prendre plaisir à vous taquiner .... et puis un rat mort est .... Mort L'espère que la nourriture qu'il partage sans doute avec vous n'est pas en cause ...ou est-ce un rat de laboratoire qui s'est échappé .... L'expérimentation animale est très controversé .... Je ne pense pas qu'il sera autopsié ... Tant pis pour ce rat

Kitano 06/08/2015 16:13

à moins qu'il ne termine en 'saty'. ce sont des brochettes que je pourrais manger et le tout petit aussi mais il y a en une qui refuse !!