BALI 7 : Last day

Publié le 27 Août 2015

Voilà, c’est fini ou presque.

 

La matinée sera classique : révei, petit déjeuner, piscine avec vers midi dernier warung avec un chicken curry.  Retour à l’hôtel vers 13h, attente du taxi. J’en profite pour me changer : je troque mon short contre un pantalon et abandonne mon vieux tshirt troué acheté au XXe siècle au concert d’Arno contre celui de Bali, celui du départ.

 

Le taxi sera là bien avant l’heure et nous serons àl’aéroport très tôt avec une circulation fluide. Le prix sera le même que celui affiché sur le tableau à mon arrivée (80 000 roupies= car le taxi me fait payer la péage (5 000) et le compteur a changé pile lorsque nous sommes arrivés.

 

J’ai le temps d’appeler une dernière fois Fred qui va revenir en France dans quelques jours. On a deux heures d’attente avant que le guichet ne s’ouvre. Il est 16h30. On n’aura que les billets pour ce vol qui nous amène à Singapour. On en profite pour se libérer de la poussette que l’on retrouvera à Lyon.

 

Passage à la douane sans souci, direction la porte qui tarde à s’afficher. L’aéroport de Denpasar a changé, il est devenu plus moderne, plus commercial avec des prix qui suivent. Au minimum, les prix sont multipliés par deux. J’ai vu un jus de fruit à 52 000 roupies (au lieu de 10 000).

Derniers coups de fil à la France et nous voici à la porte 11. Pour pas longtemps car 10 minutes avant le départ, on nous fait changer de porte, on passe à la 10. En fait, il y a une inversion de porte. Certains qui arriveront en retard à la porte 10, devront courir pour aller à la porte 11, heureusement proche.

 

On va donc partir en retard mais je ne me fais pas de souci. On arrive au Terminal 3 à Singapour et on doit aller au Terminal 1 par un train automatisé. Il y en a toutes les 1 à  4 minutes et il faut 3 minutes pour atteindre le terminal. Et pourtant …

 

Le plus difficile ou presque de ce voyage va être de réveiller l’aîné qu s’était endormi tardivement dans ce court vol (1h30 je crois). La première tentative est infructueuse, la seconde aussi. A la troisième, il se met à pleurer mais obtempère pour sortir de l’avion.

 On sort tranquillement et je vois un (vieux) monsieur avec une feuille format A4 où est inscrit mon nom sur une liste de quatre. On vient nous chercher avec une voiture qui ressemble à un petit train avec deux wagons à gros pneus. On va traverser les terminaux pour arriver au guichet, avoir nos billets et … embarquer !

Ils sont très forts à Singapour. Le départ aura lieu à l’heure vers 23h15 avec une arrivée prévue 15 minutes avant l’heure. Lors d’un vol de nuit, les retards sont moins fréquents.

 

La suite demain.

Rédigé par Kitano

Publié dans #Voyages

Repost 0
Commenter cet article