Hiver 2015 : le verdict

Publié le 26 Février 2015

Bonjour à Tous.

 

Voilà, c'est fini, il va falloir partir.

La nuit passée, je ne me suis levé que trois fois pour aller voir le petit qui avait soit soif, soit avait perdu sa sucette ou alors en bougeant, sa tête était contre les barreaux du petit lit.

 

On quitte l'endroit avant dix heures, juste avant que la circulation ne devienne problèmatique. La journée était classée noire vers la Savoie avec en plus de mauvaises conditions climatiques.

Heureusement pour notre retour, rien de tout cela sauf une forte pluie pendant une heure.

 

La question à laquelle je vais devoir répondre : "alors ?".

Alors, vu mon appréhension  rouler l'hiver dans la montagne et ma réticence à aller dans le pays du froid, j'ai été surpris de mon adaptabilité à cet environnement qui en théorie m'est hostile.

En fait, il ne fait pas si froid que cela si l'on est bien équipé. Il y a peu de vent, voire pas du tout ce qui change tout. Il vaut mieux avoir des lunettes de soleil car la luminosité est forte mais les changements climatiques aussi.

 

Pour le ski, pour cette année et celles à venir, je crois que je vais passer mon tour. La luge me convient bien et sûrement plus tard les raquettes.

Le propriétaire nous disait qu'il y avait du monde. J'ai rarement vu plus de dix skieurs et moins d'une dizaine de personnes sur la piste de luge.

 

De moi-même, je n'aurais pas franchi le pas mais je dois écrire que le changement de décor fait du bien, l'air était vivifiant, les journées vite passées sans ennui. Il n'y avait pas grand chose à faire dans cette station familiale mais c'est ce qu'il me convenait. Et convenait aussi aux enfants, s'il n'y avait eu ce virus. C'est étrange, la pédiâtre nous avait conseillait de faire vacciner l'aîné pour notre voyage à Bali sous prétexte qu'il pouvait attraper des maladies à l'aéroport. Et c'est en france, à l'air frais que mes enfants ont été malades.

 

J'avoue ne pas comprendre pourquoi des stations sont préférés à d'autres; Sûrement pour la qualité de la neige. J'entendais la buraliste parlait avec un client qu'elle connaissait. Ce dernier lui disait qu'il y avait moins de visiteurs car "lorsque l'on paye le forfait et qu'on loue le matériel, cela revient cher". Parlons prix : il vaut mieux faire le hollandais (avoir des provisions) car les prix de la supérette sont deux fois supérieurs au minimum aux produits classiques. Certes, il y a à quelques kilomètres un supermarché mais je n'ai pas testé.

 

C'est une expérience nouvelle que j'ai testée et que je renouvellerai sûrement d'abord pour mes enfants et puis pour essayer de prendre goût à cet environnement si blanc.

Mais tout de même, j'aime les villes et surtout j'aime les vagues.

 

Rédigé par Kitano

Publié dans #Voyages

Repost 0
Commenter cet article