"Salaud, on t'aime" : méli-mélo signé Claude Lelouch

Pour entrer dans un film de Claude Lelouch, il convient d'accepter certains postulats. (Les refuser, c'est l'assurance d'une franche rigolade).

Le premier consiste à admettre que Johnny Hallyday soit un reporter de guerre buriné par la poudre, que le chanteur d'«Allumer le feu» ait risqué sa peau comme Robert Capa. Je sais, ça demande un effort, mais vous verrez, on s'y fait.

Le second suppose d'envisager que son copain Eddy Mitchell soit un médecin de stars, un Delajoux sympathique. Là encore il s'agit de déployer son imagination.

Une fois ces principes posés, tout va bien. Johnny, alias Kaminsky, achète à la montagne un immense chalet avec piscine et hammam qui a dû lui rappeler Gstaad, mais en France. Il y emménage avec l'agente immobilière qui le lui a vendu (Sandrine Bonnaire). Le bon docteur Eddy vient l'y retrouver. Les deux vieux rockers du Golf Drouot chantonnent en visionnant «Rio Bravo» à la télé. On se croirait dans «la Dernière Séance».

Le tableau serait idyllique si Johnny avait près de lui ses quatre grandes filles, nées de quatre unions différentes. Mais elles lui en veulent de leur avoir préféré ses Leica et d'avoir trahi leurs mères. Alors, Eddy invente un stratagème pour les faire rappliquer.

« Salaud, on t'aime » est un grand méli-mélo sur le pardon au pays de la fondue, doublé d'un thriller alpin avec fusils de chasse et noeud de pendu. Il y a des scènes touchantes, quelques moments de grâce lors des repas de famille, des maximes emphatiques sur l'amitié, l'amour, la vie, la mort, des longueurs inutiles (2h04 !), des plans sur la faune et la flore que c'est pas la peine, et une omniprésence de Claude Lelouch en aigle royal qui règne sur son 44e film et ne se déteste point.

Dans le dossier de presse, ça donne : «Je suis le metteur en scène de l'instant», «J'ai eu l'idée géniale de trouver Johnny», «Ce que j'aime par-dessus tout dans mon film, ce sont les non-dits», etc. Malgré tous ses défauts, on l'aime bien

Jérôme Garcin

"Salaud, on t'aime" : méli-mélo signé Claude Lelouch
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
T
Je vais ecouter le MP en poadcast .... tant pis ....
Répondre
T
Je vais y aller Johnny peut tout jouer selon moi Et j'aime Lelouch Étonnant qu'on en parle pas au masque ?
Répondre
K
mais si, ils en ont parlé dimanche dernier ... je n'irai pas voir ce film, ni le précédent, ni le suivant !
à bientôt car sans Toi, c'est pas pareil ! -  Hébergé par Overblog